Search
  • Hubert Marlin

La Technologie et le Secret


Tout ce qui est utile ne doit demeurer un secret cependant l’utilité ne sous-entend pas toujours liberté d’usage, aussi plusieurs inventions restent secrètes, pas toujours par ce qu’elles ne sont pas assez rentables, mais souvent par ce qu’elles menacent de détruire un ordre établi, ou simplement par ce que le secret qui les plombe permet d’assurer le pouvoir d’un Etat ou d’un groupe d’individus sur les autres. La technologie devient ainsi un outil de domination et de dissuasion un paradigme observable dans le domaine militaire où les armes les plus sophistiquées sont souvent classées top secret. La littérature conspirationniste abonde sur des technologies secrètes qui seraient l’apanage soit des gouvernements occidentaux ou de certaines élites.Cependant, dans les faits, il existe encore aujourd’hui des lois qui proscrivent la publication de certaines inventions aux Etats-Unis par exemple. Le secret des inventions aux États-Unis remonte au moins aux années 1930, mais il a vraiment pris son envol dans les années 40, lorsque le développement des armes nucléaires était au centre de la lutte pour l’hégémonie militaire .

Le secret est devenu une politique officielle en 1952 avec la Loi sur le secret des inventions, qui permet à une structure spécialisée, de mettre sous scellé toute invention qu’elle juge préjudiciable à la sécurité nationale des Etats-Unis . L’Office des brevets et des marques des États-Unis (USPTO) est cette agence qui reliée au ministère du Commerce des États-Unis délivre des brevets aux inventeurs et aux entreprises pour leurs inventions, et enregistre des marques pour l’identification de produits et les propriétés intellectuelles. En vertu de la loi de 1952 toujours en vigueur le commissaire aux brevets de l’USPTO est habilité à signaler les demandes de brevet (même celles développées par des citoyens privés) aux fins de leur examen par les agences gouvernementales de défense, qui peuvent demander que certaines inventions soient tenues secrètes. Les brevets couverts par de tels «ordres de secret» peuvent être restreints à l’exportation, mis à la disposition exclusive des organismes de défense, voire classés sans suite. Les titulaires de brevets peuvent faire appel des ordonnances de secret, mais le pouvoir d'annuler ces ordonnances reste entre les mains des agences qui ont formulé les demandes. Même s’il est possible que ces agences reconsidèrent la question, les statistiques ne sont pas prometteuses: selon les chiffres de la Federation of American Scientists, entre 2013 et 2017, seulement 25 ordonnances de secret anciennes ont été annulées en moyenne chaque année, alors que 117 nouvelles ordonnances de secret sont imposées chaque année. Avec autant d’inventions considérées comme secrètes, il est clair que les progrès scientifiques aux Etats-Unis connaissent un certain frein. Cependant cette censure sur les inventions n’est que superficielle, même si là encore il faut aller chercher dans la littérature conspirationniste des faits divers, qui prouvent le contraire. Il faut souligner que plusieurs inventions développées par les des inventeurs privés finissent souvent par être développées dans les laboratoires sous contrôle du gouvernement américain aussi la censure sur les inventions sert spécialement à ne pas divulguer les inventions même si quelque part les plus importantes sont souvent développés ailleurs et même souvent sans le consentement de l’inventeur de base.

Lors du dépôt d’une demande de patente l’inventeur doit par des explications concises prouver que son invention marche, et forcement divulguer l’essentiel de son processus de création, qui finit souvent par être utilisé par d’autres entités souvent dans un but éloigné de l’intention de l’inventeur original. Le secret sur certaines inventions imposé par les états sur ce point, est toujours empreint de vol de propriétés intellectuelles fusse-t-il pour des raisons de sécurité nationale. En 2017, selon les statistiques publiées par l’Office américain des brevets et des marques et publiées par la Fédération of American Scientists, il y avait 5 784 brevets cachés . Ils constituent la cache des inventions du gouvernement des États-Unis dans le cadre d '"ordonnances de confidentialité". Le philosophe Martin Heidegger a souligné à juste titre que la technologie est un processus de découverte. Personne ne le possède. Une fois publié, elle est là pour rester et, même si nous sommes enthousiasmés par les possibilités, nous devons également être conscients de ce que nous lançons.

Aussi quelque part les Etats veillent à ce que des technologies jugées dangereuses ne puissent nuire à l’ordre public. Cependant il ya des technologies qui se développent dans une zone d’ombre qu’il est souvent difficile de classer comme technologie car elles sont basées sur le behaviorisme, et utilisent des technologies qui existent déjà comme la computation, et la biochimie pour avoir des résultats impensables Nous sommes tous habitués à entendre la phrase suivante: «Cet appel peut être enregistré ou contrôlé pour des raisons de qualité et de formation» et il est réconfortant de constater que notre destin n’a pas été laissé entièrement entre les mains d’un clerc de centre d’appel au salaire minimum. C’est bien de savoir que quelqu'un d’autre écoute, peut-être pour s’assurer que l’on prend bien soin de nous. Mais en réalité ce n’est pas une personne qui écoute, mais une machine capable d’analyser notre personnalité dans l’une des six catégories permettant de déterminer notre réaction face à différentes approches. Et si cette même technologie était utilisée pour surveiller le trafic de courrier électronique de notre entreprise afin de détecter le moment où des arguments pourraient éclater? C’est ce que la société Mattersight appelle un routage comportemental prédictif. Comme le signalait Forbes, cette technologie a gagné du terrain parmi les grandes entreprises et a déjà été déployée dans plus de 30 000 centres d'appels aux Etats-Unis . Il est grandement plausible, que vous ayez déjà été analysé par les algorithmes de Mattersight, probablement plusieurs fois. Quelque part, un ordinateur vous connaît. Non seulement votre nom et votre adresse, mais au moins une partie de votre activité commerciale et des facettes importantes de votre personnalité. Et cette connaissance approfondie des humains ne profite pas au grand nombre ...

Lire plus sur www.flashmag.net


0 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved