Search
  • Hubert Marlin

Les non-dits des « Panama papers ».


Le scandale a des relents de roman policier, on se croirait lire du Tom Clancy ou du Gérard de Villiers, que l’on a souvent accusé à tort ou à raison d’être de mèche avec la Central intelligence agency, car lui donnant toujours le plus beau rôle. s’il est louable de chercher la vérité et d’en faire bénéficier le plus large public dans le sens stricte de l’information tout en laissant le public en faire ce qu’ il veut , l'information devient la désinformation quand celle ci tend sciemment à orienter l’opinion public à penser d’une certaine manière et agir comme planifier, et de plus en plus les Panama Papers ont cette connotation dans le public et la presse qui pense hors des rails à lui imposé de manière sournoise par un certains ordre établi, qui hélas semble une fois de plus tirer les ficelles de ce « scandale » qui n’a rien de spécial, sinon qu’ il sent de plus en plus le soufre, d’une opération spéciale qui risque au final d’exploser entre les mains de ses commanditaires. Les Panama Papers sont une campagne d’information à tête chercheuse. Et pour comprendre cela sans faire des affirmations gratuites il faut suivre les traces de l’argent. Qui emploi le consortium international des journalistes d’investigation et pourquoi ? les idéaux nobles de cette organisation ne servent-ils pas à salir certains et à blanchir les autres ? La guerre psychologique de notre ère , n'est plus à démontrer, ceux qui gagnent les esprits manipulent les corps à souhait.

En tout cas depuis 2013 le consortium semble avoir choisir de combattre le socialisme (pas celui de la gauche française,) on a l’impression qu’il a les mêmes ennemis que le capitalisme qu’il dit pourtant combattre les abus, car trouver une pirouette pour ne pas payer les taxes maximise le profit qui est la base du capitalisme. La vérité doit servir la justice si on ne peut pas être impartial quand on veut faire la lumière sur certains comportements répréhensibles, il est préférable de s’abstenir, la règle de deux poids, deux mesures est l’épitomé de l’injustice du monde occidental.

Aussi en 2014 c’est une déstabilisation totale du parti communiste chinois qui a été orchestrée par l’information selon laquelle plus de 20 000 Chinois seraient impliqués dans des compagnies offshore basées dans les paradis fiscaux. En particulier des princes rouges, membres des familles des dirigeants du parti communiste chinois. Le Consortium aurait enquêté sur près de 2,5 millions de dossiers financiers pendant deux ans. Les documents proviendraient de deux entreprises basées aux îles Vierges britanniques.

En 2016 avec les 11 millions de documents des Panama papers, les mêmes tendances sont respectées. En déclarant ne pas vouloir publier toute la liste qui serait trop longue à publier et prendrait pas moins de 30 ans à être totalement écoulées, et surtout porterait atteinte à la vie des personnes « innocentes » qui se seraient refugiées dans les paradis fiscaux.

Un mensonge flagrant si le consortium était en mesure d’examiner plus de 2,5 millions de fichiers en 2 ans dans l’affaire des princes rouges, combien d'années il faudrait pour passer en revue 11 millions de fichiers des panama papers ?

En tout cas il semble que le consortium a déjà choisi dans sa campagne les mêmes clients, les mêmes suspects usuels, la Russie la Chine et les forces vives du nationalisme européen qui sont un ennemi juré du capitalisme américain, car qui dit nationalisme dit nationalisation des entreprises, ce qui une très mauvaise affaire pour les oligarchies américaines propriétaires de grandes multinationales, qui financent grassement le Consortium international des journalistes d’investigation. Le consortium et ses acolytes a déjà rendu son verdict. Tous les noms qui circulent depuis quelques temps dans ce scandale sont des coupables et les autres dont on ne veut pas en parler sont des innocents. Qui sont les différents bénéficiaires de ce scandale ?

Le consortium international des journalistes d’investigation ressemble plus à radio liberté, qui avait été créée pour faire la propagande de l’ouest dans les anciennes républiques socialiste de l’est européen, pendant la guerre froide. Il emploi des journalistes acquis à un certain idéal et représente la fameuse communauté internationale de l’organisation du traité de l’Atlantique nord du journalisme. Le consortium est en fait un contrepoids à Wikileaks, une espèce de Wikileaks sous le contrôle du gouvernement américains et de son oligarchie, qui détient la véritable autorité sur le pouvoir politique des élus qui ne sont que des pantins. Le consortium internationale des journalistes d’investigation malgré le sérieux qu’ il veut inspirer n’est pas libre et une presse qui n’est pas libre, travaille forcement sur les directives de ceux qui la finance, basé à Washington la capitale Etats-unienne, le Consortium créé en 1997 est parrainée directement par le département d’état américain par l’entremise des organisme caritatifs, Mark Toner porte-parole du département d’état a affirmé le 7 avril dernier que le département d’état avait financé ces enquêtes via l’USAID. Les ONG sont devenues des services d’intelligence américains capables de faire le travail que les barbouzes ne peuvent pas faire, en affichant une figure philanthrope. Et bien sûr derrière la Ford fundation la Carnegie fundation les deux Rockefeller fundation et l’open society de Georges Soros. c’est plus de cent fortune américaines qui soutiennent financièrement le consortium par des dons de capitaux chaque années, pas étonnant que toutes ces fortunes américaines qui se sont construite avec les méthodes les plus subtiles de fraude fiscale ne soient pas citées dans ce grand déballage, c’est elles en fait qui sont les grands patrons de ce consortium lié au public integrity group qui le chapeaute. Pour avoir la liste non exhaustive des oligarques américains qui financent le consortium cliquez le lien suivant : https://www.publicintegrity.org/about/our-work/supporters.

Logiquement comment peut-on espérer que l’un des donateurs de ce consortium comme Georges Soros soient cités dans des affaires de fraude fiscale, tout homme d’affaire qui se respecte, sait que les lois fiscales sont faites pour être brisées ou contournées sans exception, car c’est la loi du profit qui est maîtresse.

Le scandale à commencer à faire des victimes politiques, notamment avec la démission du Premier ministre islandais Sigmundur David Gunnlaugsson, après les révélations montrant qu’il avait ouvert une compagnie offshore avec l’aide du Cabinet Mossack Fonseca, une société qui du reste n’avais jamais fonctionnée. Le premier ministre islandais était plus coupable d’avoir oublié de mentionner ce fait alors qu’il prenait le pouvoir. Mardi 5 avril en fin d’après-midi, il a annoncé sa démission, plus dans un dessein de sauvegarde de la probité de son pays acquise avec son aide et de celle de son prédécesseur dans les mesures énergétiques prisent pour contrer la crise de 2008. Mais c’est clair qu’il boit le vin, aigre de la revanche des banksters et de l’oligarchie, par ce qu’il a eu le toupet de tenir tête à ces derniers pour assainir l’économie de son pays, en nationalisant les banques et les secteurs clef de l’économie, pendant la crise boursière de 2008 . En refusant d’obtempérer aux injonctions des financiers Anglo-Américains et de l’Union européenne son pays fut mis par la grande Bretagne de Gordon Brown sur la liste des entités terroristes aux côté d’Al Qaeda.

Les autres gros clients de cette nouvelle campagne de désinformation sont la Chine qui depuis est devenu la première puissance économique mondiale et Vladimir Poutine l’ennemi juré des États-Unis. Que pouvait ont espérer de mieux? Le rêve de se débarrasser une fois pour tout du pouvoir central en Chine en diabolisant les membres influent du parti communiste chinois quand on ne peut pas les acheter comme Bo Xilai ( l’un des membres les plus influent du parti communiste chinois qui flirtait un peu trop avec l’occident fut condamné à vie pour corruption) on essaye toujours de les détruire. C’est de bonne guerre comme qui dirait. Vladimir Poutine, quand à lui même s’il n’est en rien concerné par ce scandale n'en fait pas moins la une, de la presse occidentale par ce qu’un de ses amis d’enfance violoncelliste serait impliqué dans les société offshores, dont malgré la réputation sulfureuse, sont à tout le moins légale, chaque pays ayant sa législation en matière de fiscalité, ce qui est vue selon le système occidentale comme une fraude peut être parfaitement légale dans d’autre pays, la preuve le Panama ou le Luxembourg mènent ce genre d’activité en toute légitimité. Derrière ce scandale on peut aussi voir la main des néo mondialistes qui semblent vouloir tout formater à leur idéal.

Beaucoup veulent savoir pourquoi il n’y a pas d’américains dans la liste ?

La raison est simple ce sont les Etats-Unis qui ont décidé par cette campagne de régler les comptes à leurs ennemis naturels, alors il fallait resserrer les rangs à domicile et conforter l’opinion locale, sans défavoriser la candidate de Soros, Hilary Clinton et son ancien président d’époux qui a souvent été cité dans les scandales financiers. il est impossible d’admettre que de 1977 à 2016 aucun n’américain na traité avec la Mossack Fonseca, alors que Bernie Sanders candidat à la maison blanche en 2011 devant le parlement américains donnait les indication selon lesquels le traité de libre-échange avec le Panama aiderait une plus grave évasion fiscale dans un pays ayant un déficit de 14 trillion de dollars, selon les analyses des spécialistes le fisc américains perd chaque année environ 150 milliards de dollars dans l’évasion fiscale des américains dans les paradis fiscaux, et le Delaware état à la fiscalité souple n’est pas moins soumis à la régularisation fédérale, alors si les américains riches n’utilisent pas le Panama leur ancienne colonie où cachent-ils leurs avoirs de manière illicite ?

Quand les noms comme celui Michel Platini le secrétaire général de L’UEFA suspendu, conspué par des scandales à répétions , c'est simplemnt pour rendre les eaux plus boueuse, meme si le français resident en Suisse a joué un rôle clé dans l'attribution de la Coupe du Monde à la Russie en 2018 et au Qatar 2022, coupes du monde que les Etats-unis voulait organiser a tout prix puisque les profits que cette compétition génère sont énormes. Platini à été parmi ceux qui ont comploté le camouflet subi par les Etats-Unis au cours de leur campagne d'organisation dirigée par Bill Clinton. Alors que certains dirigeants africains sont cités, c'est comme d'habitude les taper sur les doigts pour les rendre plus obéissants parce que le principal bénéficiaire illicite de l'économie de ces pays est en fait l'Occident qui pratique éhontément une politique du déséquilibre des échanges, et va même jusqu'à imposer leur monnaie dévaluée à certains pays. Le CFA est en fait le franc français dévalué qui aide à acheter à vil prix les matières premieres africaines, tandis que l'achat des produit manufacturé est hors de portée de ces pays africains à cause de la faiblesse de leur monnaie d'ou le sous développement généralisé et la dépendance envers l'occident, et l'Euro n'a pas changé la situation, mais sinon aggravé la dévaluation et le déséquilibre.

l'implication de James Cameron premier ministre anglais ne saurait être une surprise si l'on comprend la logique il est un pion qui menace la politique de l'empire, son nationalisme conservateur est nuisible. On lui reprocherait sans doute son envie de sortir la Grande Bretagne de l’union européenne qui reste le plus grand atout de la politique de vassalisation de l’Europe par les Etats-Unis.

Par Hubert Marlin Elingui Jr.

Journaliste Ecrivain


9 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved