Search
  • Hubert Marlin

Technologie et Immigration


L’hyper connectivité à l’ère de l’Internet, a créé un vaste réseau d’échange d’informations, qui dans certains cas favorise l’immigration ou la décourage tout simplement. Si les rencontres en ligne dans les contrés où le sous-développement fait fureur a permis d’ouvrir le monde a une pléiade de personnes qui autrement n’aurait jamais trouvé le moyen d’aller voir ailleurs en rencontrant soit des opportunités d’emploi dans des contrés aussi lointaine qu’innommables, il est indéniable que la technologie qui désormais est bien présente dans nos vies affecte de manière déterminante les mouvements de population à travers le monde. Cependant il est important de souligner que partir ne sous-entend plus forcément se couper de son lieu d’origine. La technologie en quelque sorte permet une espèce de don d’ubiquité car celui qui immigre grace aux réseaux sociaux par exemple reste grandement connecté à son pays d’origine tandis que ceux qu’il laisse derrière n’ont pas de mal à savoir comment il se porte grace au partage instantané des instants de sa vie. On a plus besoins d’attendre une lettre hypothétique pendant les mois pour avoir des nouvelles des uns et des autres dans des détails que l’on était obligé d’imaginer soit même . Lorsqu’un appel live répond à toute ces questions en une fraction de seconde.

L'ancienne image du migrant déraciné s'est vue remplacée par celle d'un migrant qui circule en gardant le contact non seulement avec son pays d’origine mais aussi avec toutes les étapes de son parcours passé et future. Le migrant de l’ère des nouvelles technologies de communication est un être connecté, une caractéristique qui lui confère une hyper mobilité et une multi appartenance qui qui le place dans une sphère où il maîtrise l’information qui lui confère une espèce pouvoir dans la logique des choix rationnels, tout en conservant sa mémoire identitaire, qui lui permet d’exister dans le monde du donné et du recevoir. Dans cette optique la technologie renforce le sentiment identitaire, par ce que le migrant sait que dans le concert culturel il doit apporter ses propres sonorités pour exister.

Le nouveau mode de migration facilité par la technologie ne pouvait dans cette optique que lever des boucliers nationalistes dans des nations de l’hémisphère nord qui depuis la fin de la seconde guerre mondiale sont des destinations privilégiés des migrants, même si dans la réalité le gros de l’immigration se fait entre les nations du sud la majorité des populations y vivant ayant plus de facilités à aller dans des pays limitrophes qu’en Australie ou en Amérique, où en général les migrants n’ont aucun lien ni moyens qui favoriseraient leur migration vers ces contrées. Si les pays de l’Europe méridionale comme la France et l’Espagne semble être une cible privilégier ce n’est pas toujours à cause de leur niveau de vie élevé par rapport au pays du sud c’est surtout à cause des liens culturels qui malgré tout depuis l’époque de la colonisation unissent ces populations, et mieux c’est aussi surtout à cause des difficultés sociale et économique dans leur pays d’origine combinées à l’influence de leurs compatriotes ayant immigré dans ces contrées qu’ils ont souvent l’envie de partir. Aussi beaucoup de drames dus à l’immigration clandestine en plus des condition sociaux économiques désastreuses sont indéniablement liés à l’influence de ce que les candidats à l’immigration voient dans les réseaux sociaux. Cependant la même médiatisation de ces drames par les mêmes technologies quelque part exhortent les masses à ne pas tout risquer pour s’immigrer.

Les pays de l’hémisphère nord grand producteur de technologie, sont paradoxalement un des grands vecteurs de l’immigration dans un schémas que les politiques semblent nier en critiquant l’immigration qui n’est que la résultante de la gestion chaotique et injuste des affaires du monde. Lorsque les pays de l’hémisphère sud sont surexploités dans une détérioration des termes l’échange systémique qui enrichit le nord et appauvri le sud, le climat social économique catastrophiques ne peut que pousser des millions de personnes vers des horizons jugées plus favorables l’importation de la démocratie des canons par le diktat des nations occidentales dans les pays comme la Somalie, l’Irak, la Libye, la Syrie ou le Venezuela, a augmenter l’indice de misère dans ces pays et a forcé de centaines de milliers de personnes à l’exile, qui entre 2015 et 2017 a connu des pics énormes résultant des printemps arabes et de la guerre en Syrie.

cet afflux de réfugiés a, à son tour vu une levée de bouclier des nationalismes dans les pays de l’hémisphère nord ou plusieurs gouvernement ont été élu sur le discours anti immigrants aussi bien aux Etats-Unis, ou Angleterre que dans des pays pourtant très peu prisés par les immigrants comme l’Autriche, dont la proximité avec l’Allemagne, et la crise des migrants qu’elle a connu a fait basculer le pays dans les bras la droite nationaliste, qui a utilisé à bon escient la technologie pour influencer les votes à son avantage.

Un rapport de la Dublin City University impliquant une analyse de données volumineuses de 7,5 millions de tweets au cours des migrations massives de 2015 et 2016 vers et à travers l'Europe, montre une montée en puissance du militantisme en ligne d'extrême droite. Les recherches montrent que les activistes d'extrême droite ont utilisé des témoignages pour influencer le cadrage pendant et après ces événements de manière négative et raciste à des fins politiques. En grande partie, ils ont réussi à influencer le débat politique en Europe, rendant beaucoup plus difficile la mise en œuvre de réponses proportionnelles et raisonnables concernant les migrations. À l'époque, beaucoup estimaient qu'il y avait eu un certain échec de la politique. Cependant, cela masque des forces plus systémiques et plus sombres au travail. La rhétorique sur l’échec des politiques masque l’efficience de l’utilisation de l’outil technologique par les forces de l’extrême droite, qui aux Etats-Unis avec le stratégiste Steve Banon de Breitbart News a aidé l’élection de Donald Trump en utilisant une approche provocante et nationaliste.

En amenant le débat de l’immigration sur la scène politique l’extrême droite a marqué des points importants qui l’ont ramené au pouvoir dans plusieurs pays. Sous leur influence, certains pays européens ont retiré leur soutien au Pacte européen sur les migrations après une campagne de militants d'extrême droite. Encore une fois, nous voyons des commentateurs souligner l'échec des politiciens plutôt que de reconnaître l'efficacité des militants d'extrême droite qui mènent une bataille en ligne basée sur la peur et le mensonge.

À une époque où ceux qui font le plus de bruit parviennent à se frayer un chemin, parfois sans se soucier des faits, l'exploitation des plates-formes de médias sociaux pour un changement de politique spécifique n’est plus un secret, lorsqu’en même temps certains pays comme les Etats-Unis exigent aux demandeurs de visa l’accès à leurs comptes de réseaux sociaux, pour voir si leur personnalité cadre avec l’Ideal politique américain.

Cependant lorsque les immigrant sont honnis dans les contrées de l’hémisphère nord, par des politiciens véreux, les économies de ces pays subissent un coup réel que très peu osent évoquer dans les discours politiques. En temps de relative paix comme de guerre dans des pays du sud l’immigrant est souvent un immigrant hautement qualifié si ce n’est dans les stratégies de survie qui lui auraient permis de braver les écueils de sa condition de réfugiés, en général ceux qui ont un cursus académique conséquent contribuent de manière substantielle à l’innovation technologique de leur pays d’accueils.

Le prix Nobel fournit un indicateur intéressant de la contribution des migrants à l’innovation technologique. De sa création jusqu'en 2016, le prix Nobel a été décerné 579 fois à 911 personnes et organisations. Sur le total de 350 gagnants résidant aux États-Unis au moment de leur attribution, plus de 100 étaient des immigrants nés ailleurs. En réalité, en tant que catégorie distincte, les gagnants immigrants américains arrivent en deuxième position, face aux lauréats nés aux États-Unis: leur nombre dépasse celui de lauréats nés dans un autre pays (Najam, 2017). En 2016, les six lauréats du prix Nobel américains étaient des immigrants. De nombreuses études démontrent le rôle des migrants dans le progrès technologique. Par exemple, Hunt et Gauthier-Loiselle (2009) ont constaté qu’aux États-Unis pendant la période 1940-2000, il y avait une forte relation de cause à effet entre l'augmentation de la population d'immigrés diplômés et post-universitaires immigrés, d’une part, et nombre de brevets d’invention d’autre part . Ils ont également montré qu’un diplômé universitaire immigrant contribuait au moins deux fois plus à breveter que leurs homologues natifs.

Lire plus sur www.flashmag.net

0 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved