Search
  • Hubert Marlin

#sexualité Technologie et récession sexuelle chez les jeunes adultes


La génération Milléniale (également appelée Génération Y ou Génération Me, née après 1980) est la génération la active moins sexuellement, depuis des décennies. Des études ont démontré que non seulement la génération Y est moins susceptible d’avoir des relations sexuelles, mais chez ceux qui sont sexuellement actifs, ils le font moins souvent et avec moins de partenaires. Selon une étude de 2017 publiée dans Archives of Sexual Behavior, une vaste enquête sociale générale (ESG) a révélé que les adultes américains avaient des rapports sexuels environ neuf fois moins par an au début des années 2010 par rapport à la fin des années 1990.

La récession sexuelle ne frappe pas seulement les Américains, mais l’ensemble du monde occidental et sa zone d’influence, comme le Japon et la Chine, alors que l’Afrique semble s’en sortir, avec un taux de natalité toujours à la hausse.

Naturellement, beaucoup sont curieux de savoir ce qui se passe? pourquoi les millénaires ne s’accouplent pas plus souvent? Un refrain commun stipule que le porno est à blâmer. Intuitivement, cette explication est logique. S'il ne fait aucun doute que la génération millénaire a plus d'accès au porno que toute autre génération, il semble logique de penser que les rapports sexuels virtuels se substituent aux rapports sexuels réels. Mais malheureusement, plutôt que d'être liée à moins de sexe, regarder du porno en réalité facilite les rapports sexuels fréquents selon plusieurs études.

Au-delà de la pornographie, une autre explication de bon sens est que cela est dû à des changements dans l'équilibre travail, et loisir. Travailler plus devrait se traduire par une vie sexuelle moins active. Cependant, l’ étude Archives of Sexual Behavior, exclut également cette possibilité en concluant que, de manière inattendue, le fait de travailler plus longtemps (comme regarder du porno) était lié à davantage de relations sexuelles. Cependant , il semblerait que la récession sexuelle a probablement beaucoup à voir avec l'évolution des modèles de mariage. Les études ont assez régulièrement montré que les personnes mariées avaient tendance à avoir plus de relations sexuelles que les célibataires; Cependant, étant donné que les millénaires prennent de plus en plus de temps pour se marier (la moyenne d'âge du premier mariage est maintenant proche de 30 ans), c'est peut-être une des raisons pour lesquelles ils sont moins actifs sexuellement. En d'autres termes, si les millénaires sont moins susceptibles d'avoir un partenaire stable, cela aiderait à expliquer pourquoi ils ont moins de relations sexuelles.

L'histoire ne se résume pas à des changements dans le mariage. La génération du millénaire est également plus médicamenteuse que les générations précédentes, en particulier en ce qui concerne les antidépresseurs. Les jeunes adultes utilisent aujourd'hui ces médicaments à un âge plus précoce et pendant des périodes beaucoup plus longues que jamais. Il est bien connu que les antidépresseurs, en particulier le Prozac et d'autres inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), ont des effets secondaires sexuels. Ces médicaments ont notamment tendance à réduire le désir sexuel et à inhiber l'excitation sexuelle. En plus de cela, bien sûr, il y a aussi le rôle de la technologie. La vie des gens dans le monde occidental, tant personnelle que professionnelle, se déroule de plus en plus en ligne. Plus on passe le temps à interagir virtuellement plutôt qu'en personne, plus on crée nécessairement moins d'opportunités pour les rapports sexuel. En d'autres termes, plus nous sommes immergés dans nos téléphones et nos médias sociaux, moins il est probable que le coït se produise spontanément.

Un professeur de sociologie à l'Université de Austin a également cité la connectivité constante. Le professeur Mark Regnerus a déclaré à The Verge: "Regardez autour de vous - les gens qui sortent dîner semblent souvent plus intéressés par la boîte devant eux que par la personne en face d’eux... Bien sûr, les rapports sexuels souffriront dans de telles circonstances." le paradoxe demeure: en théorie, nous pouvons avoir plus de relations sexuelles à cause de la technologie, mais dans la pratique, la technologie pourrait nous empêcher d'en avoir.

Le narcissisme des millénaires pour certains est également à blâmer en cette ère où les chansons pop les plus récentes contiennent plus de mots relatifs à l'auto centralisation par rapport aux tubes des années 80, alors que des mots et des expressions plus individualistes, tels que «je suis spécial» sont plus frequents dans les livres depuis 1960. On a même spéculé que cette même culture individualiste pourrait être responsable de la chute des noms communs dits démodés dans le choix des prénoms des parents pour leurs enfants. Les débats savants font rage, dans un contexte caractérisé par une utilisation croissante des médias sociaux, des selfies et l’habitude de constamment mettre à jour avec les autres ce que l’on fait, ce que l’on pense et ressent . Il est difficile de résister à la conclusion que ce changement technologique et culturel peut favoriser la montée de la vanité et du narcissisme. On peut soutenir que la société dans son ensemble accorde aujourd'hui une plus grande valeur à la réussite individuelle des jeunes qu'à leur devoir civique.

En Asie, la tendance reste la même avec quelques saveurs locales. Depuis près d'une décennie, la presse occidentale associe le funk sexuel à une génération montante de soushoku danshi, littéralement «garçons mangeurs d'herbe». Ces «hommes herbivores», comme on les appelle, seraient ambivalents. Poursuivant soit les femmes ou le succès conventionnel. La nouvelle taxonomie de l’agressivité sexuelle japonaise inclut également des termes pour des groupes tels que hikikomori («enfermés»), parasaito shinguru «célibataires parasites», (personnes vivant avec leurs parents au-delà de la vingtaine) et otaku «fans obsessionnels», ( en particulier d'animation et de manga), dont on dit qu'ils contribuent au sekkusu shinai shokogun («syndrome de célibat»). Le Japon est l’un des principaux producteurs et consommateurs de porno au monde et initiateur de nouveaux genres porno, tels que bukkake (ne demandez pas). C'est également un leader mondial dans la conception de poupées sexuelles haut de gamme. Ce qui est peut-être plus révélateur, cependant, est la mesure dans laquelle le Japon invente des modes de stimulation génitale qui ne se dérangent plus d’évoquer des rapports sexuels à l’ancienne, comme des rapports sexuels impliquant plus d’une personne. Un article récent paru dans The Economist intitulé «L’industrie japonaise du sexe est en train de devenir moins sexuelle», décrivait les magasins onakura, où les hommes paient pour se masturber sous le regard de femmes, et expliquait cela par le fait que beaucoup de jeunes voient dans l’idée même de rapports sexuels mendokusai (quelque chose d'ennuyeux). Aussi les services qui rendent la masturbation plus agréable sont en plein essor.

En Chine, traditionnellement, avec le mariage précoce, la course pour trouver une âme sœur avant de dépasser la date péremption est frénétique. Les foires pour célibataires, où les CV sont distribués, le speed-dating et les leçons de l'art de la séduction sont tous des exemples d'un marché occidentalisé en plein essor.

Cependant, il existe un déséquilibre énorme entre les sexes en raison du penchant pour la progéniture male depuis l'introduction de la politique de l'enfant unique en 1980. Les femmes à épouser sont rares et les hommes les plus susceptibles de trouver une épouse sont ceux qui ont une solide situation financière. Ainsi, au-delà de la technologie, logiquement, la pénurie de femmes a également été liée à la récession des relations sexuelles.

La psychologue Jean Twenge, PhD, analysant le comportement sexuel des jeunes générations, a demandé: "Sont-ils moins heureux et ont donc moins de rapports sexuels, ou ont-ils moins de rapports sexuels et donc sont moins heureux? C’est probablement un peu des deux".

Pendant ce temps, les applications de rencontres basées sur la localisation ont pris le dessus sur les rencontres contemporaines, et il n'a jamais été aussi facile d'obtenir un rencard, même pour une relation sexuelle occasionnelle. Quelles que soient les applications avec lesquelles on choisit d’occuper son temps pendant, les trajets dans le métro, en attendant un ami, ou un samedi soir pluvieux, elles peuvent toutes produire des résultats allant de rapports sexuels immédiats à une rencontre occasionnelle ou à une romance à long terme. La technologie est géniale quand elle rassemble les gens, mais elle peut aussi, très souvent, les séparer. Non seulement les médias sociaux et les applications de rencontres ont été liés à l'infidélité, il y a aussi ce phénomène déprimant qu’est le "phubbing", qui est la pratique bien trop courante de snober les gens en leur présence en restant scotcher au téléphone. .Cependant, il est important de noter que si la technologie peut être partiellement responsable du déclin de l'activité sexuelle, la technologie crée également de nouvelles formes d'expression sexuelle, telles que le sextage et le cybersexe. Ainsi, lorsque nous parlons des millénaires ayant moins de relations sexuelles, nous devons être conscients du fait que ce qui «compte» comme relations sexuelles est entrain d’évoluer à travers une diversité d'expression non conventionnelle à la fois.


29 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved