Search
  • Hubert Marlin

L’argent et certains médicaments détruisent la solidarité.


La société de consommation qui est devenue la norme dans les pays dit industrialisée, développe un degré considérable de manque d’empathie, qui n’est pas dû qu’au confort matériel ; mais surtout aux effets secondaires dévastateurs des privilèges matériels auxquels la populace occidentale semble être adepte. Jacques Delors disait, la société occidentale a donné la priorité à l’avoir au détriment de l’être. Et quelque part lorsque l’on a, on dissout ses liens avec la base espérant flotter haut . Le manque l’empathie réduisant de manière drastique la capacité à être des humains au sens plein du terme.

Des études scientifiques sérieuses comme celles réalisées à l’University of California, Berkeley tendent à prouver, que ceux qui ont plus d’argent ont la manie d’ être moins sensibles aux problèmes des autres, pourtant leur argent en général est issu de l’exploitation de la société humaine, qu’ils semblent honnir une fois qu’ils ont atteint une certaine hiérarchie sociale. Cependant dans un rapport de valeur plus que paradoxal ceux qui sont plus nanties, tandis qu’ils ont tendance à chosifier le restant de la populace mondiale, forment plutôt le groupe qui se chosifie en basant son échelle de valeur sur le matériel possédé. Comme des biens inertes étiquetés dans de larges surfaces, ils perdent du même coup leurs valeurs humaines.

L’argent serait même un psychotrope qui changerait drastiquement le mental et le comportement des individus, en permettant par exemple à certains groupes d’individus de résister mentalement à la douleur physique mieux que les autres. Aussi dans une étude clinique en Chine, où les participants avaient été appelés à plonger leurs mains dans de l'eau très chaude pendant une courte période de temps. Les participants qui venaient de recevoir quelques liasses de billets de banque avant le test, avaient montré un seuil de tolérance à la douleur plus élevé que ceux qui venaient de recevoir un papier vierge. Aussi si celui qui a l’argent se sent indestructible, il ne subit pas moins les effets naturels du lien de causalité. Les rougeurs sur les mains des participants avec argent et les autres n’ayant point n’étant pas différente bien au contraire. Le monde du riche est fait d’illusions qui parfois peuvent se traduire en tragédie pour le restant de la société. Surtout que lorsque l’’on sait que, qui dit argent sous-entend aussi pouvoir de décision sur les affaires de la cité, il est logique de comprendre pourquoi, les décisions prisent par des décideurs nantis, sont toujours à l’opposé des intérêts du restant de la populace moins nanti. Si on ne sait plus sentir la douleur par ce qu’on est riche, il est difficile de savoir où est le mal pour apporter le médicament idoine.

Depuis la révolution française, et la guerre d’indépendance américaine la caste bourgeoise a pris le pouvoir en guise de démocratie, elle s’est érigé en nouveau tyrans qui par un simple jeu de chaise a fait croire à l’opinion publique mondiale qu’ il y avait un changement à la tête des états de l’occident. Les figures changent cependant le système de reste le même. C’est la même caste bourgeoise qui a le mépris conséquent pour le restant de la populace, qui est aux affaires depuis plus de 200 ans raison pur lesquelles les démocraties populaire socialiste comme celles de l’Amérique latine qui élisent souvent un véritable homme ou femme du peuple aux plus hautes distinctions sont leur ennemi traditionnel, car cette idéologie est un challenge a l’autorité de la caste des plus nanties qui, il ya deux cent ans fit tomber les monarchies pour les remplacer, et a souvent fait de la propagande sur la liberté qu'elle a apporté avec les médias qu'elle contrôle. L'histoire du monde a le plus souvent démontré que les choses s'effondrent principalement parce que le temps imparti pour certaines situations est écoulé. La plus grande réussite était d'être assez intelligente pour combler le vide, et bien sûr, l'oligarchie qui depuis vivait à l'ombre de la monarchie a tout simplement pris la relève de la monarchie, régnant avec la même impudicité même malgré le gant de velours de la liberté. Et depuis n’accèdent aux plus grandes fonctions dans ces pays les membres du club de la classe politique embourgeoisés, de par leurs liens étroits avec l’industrie capitaliste.

Au-delà de l’aspect ploutocrate d’une certaine classe, la société occidentale a tendance elle aussi à subir de plein fouet cette prédisposition du manque d’empathie envers le restant de la planète, qui lui semble moins nanti. Et la faute n’est pas seulement à la propagande des médias qui donne un sentiment de richesse aux citoyens, de l’hémisphère nord, en lui vendant le misérabilisme du restant de la planète et par conséquent son corolaire qui est le manque d’empathie. En occident les agents de la société de consommation contrôlent tous les secteurs d’activités, spéculant sur tout. Même la contestation de la société de consommation, est devenue un produit de consommation avec le lequel on bassine la société occidentale pour lui donner l’impression d’aisance et forcement du droit à la gestion des affaires du monde, sous le prisme de la domination et de préjugés sociaux. Par conséquent les relations entre le nord et le sud deviennent au lieu d’être des relations bilatérales, des relations de subordination sous la férule des tyrans antipathique de l’occident qui très riche ne peut pas forcement comprendre les drames des autres moins nantis.

Ce paradigme de prédisposition au mépris et a l’antipathie remonte à une époque aussi lointaine que la période d’esclavage par ce que l’on a vendu au monde occidental, qu’une certaine race était inférieure à elle, et de surcroit hyper pauvre. Du même coup le degré d’empathie que les citoyens de l’hémisphère nord dont la classe bourgeoise tiraient profit de l’esclavage, ne pouvait que se décupler. Dans ces conditions, il est logique que le manque d’empathie pour cette race enguenillé, qui aura écumée les cales des bateaux de la honte pendant 4 siècles de servitude devint la norme, rien que le séisme perpétuel des rebellions dans les plantations d’esclave, et le désir de transformer les esclaves en consommateur ne pouvait que changer la donne. Si en 4 siècles personne n’avait trouvé que les méthodes de l’esclavage étaient horrible il est inadmissible de croire que l’esclavage fut aboli simplement parce qu’un matin les même gens avaient enfin compris que les noirs faisaient partie de l’humanité.

La sagesse populaire africaine affirme que celui qui n’aime que soi même haï tout le monde. L’explosion du progrès technologique et de la science est un luxe qu’a pu s’offrir l’occident souvent au détriment des autres, et forcement l’industrie pharmaceutique des pays industrialisés depuis a réussi à faire croire à la population de l’hémisphère nord que tout ou presque était possible. Contribuant au développement exponentiel de l’ego des population occidentale qui depuis la colonisation pensent logiquement que sans la mission civilisatrice de la colonisation certains peuples qui pourtant avaient toujours vécu en harmonie depuis des milliers d’années et n’avaient rien demandé auraient été décimé par des maladie dont eux même étaient des principaux vecteurs.la surabondance de la médication des pays de l’hémisphère nord au lieu de traduire une certaines opulence cache une réalité plus perturbante quand il en vient à la solidarité entre les peuples. Aussi certains médicaments les plus vendus, souvent sans ordonnance sont en fait de véritable psychotropes, car ils sont capables à long terme de modifier l’activité mentale. Et par voie de conséquence ils modifient tout ce qui a trait au psychisme, conférant à ceux qui les consomme un degré d’empathie des plus bas et une estime de soi qui frise souvent l’indécence.

Dans cette catégorie des psychotrope on compte, les amphétamines qui au-delà de donner à certains individus une musculature imposante et un ralentissement du vieillissement ils donnent aussi un sentiment de domination des uns sur les autres et forcement creuse l’espace qui sépare ceux qui peuvent se permettre des cures de jouvence et ceux qui ne le peuvent pas. Les antidépresseurs les tranquillisant les somnifère et autre anti douleur analgésique aussi concourent à la destruction du degré d’empathie envers les autres, aussi les analgésiques faits à base d’acétaminophène ou de paracétamol connu sous les noms générique comme le Dafalgan dans les pays francophones ou le Tylenol aux Etats-Unis sont responsables du fort degré d’antipathie des populations qui en consomment abondamment. Aussi selon les études cliniques, il y a une grande différence d’appréhension de l’urgence à l’aide aux sinistrés, entre les sujets qui prennent des analgésiques et ceux qui n’en prennent pas. Lorsque deux groupes de participants lurent de courts scénarios dans lesquels une personne était en souffrance physique ou émotionnelle. Les sujets de l’étude qui avaient pris l'acétaminophène pensaient que les personnes dans les scénarios avaient moins de douleur et de souffrance et dont par conséquent n’avaient pas besoins d’aide, tandis que les sujets qui n’avaient pas pris ces analgésiques pensaient que la situation décrite dans les scenarii étaient assez critiques pour ne rien faire.

Plus d’un quart de la population de hémisphère nord prend constamment ce genre de médicament et plus de 70 pourcent en ont pris au moins une fois dans leur vie ce qui sous-entend que le fil de l’actualité mondiale par analogie aura entre au moins 25 pour cent de chance en moins de voir les population de l’hémisphère nord prendre action contre les injustice qu’ auront subies par exemples des population pauvres de l’Afrique et du Moyen orient du fait des guerres injuste a elle imposées par les dirigeant des pays de l’ hémisphère nord. Aussi quant au médicament l’on combine le sentiment de richesse apparent ou fictif qui renforce la non empathie on se retrouve avec un groupe d’individus qui a la longue n’aura qu’une influence négative sur la pérennité l’humanité une situation effroyable lorsque l’on sait qu’elle est l’emprise des pays occidentaux sur la gestion des affaires du monde.

Au demeurant il en résulte que les pays les moins riches selon l’échelle de valeur occidentale et les moins exposé à la consommation des analgésiques devraient arrêter d’espérer de l’aide et l’empathie d’un groupe d’individus qui n’en aura jamais pour eux. La bourgeoisie n’aime pas l’effort, surtout si ce dernier consiste à mieux connaitre et comprendre les autres, une bourgeoisie qui hélas est aussi devenu maitresse des destinée des populations de l’hémisphère sud, ne pourraient qu’ empirer la situation d’une zone qui a un besoin criard de solidarité pour s’en tirer .

Hubert Marlin E. Jr.

Journaliste


13 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved