Search
  • Hubert Marlin

En Occident Les Gouvernements se videront comme les églises.


La montée en puissance de l’Eglise chrétienne en occident est un fait du prince, car au départ avec le concile de Nicée en 325 l’empereur romain Constantin 1er a pour ambition d’utiliser l’Eglise pour asseoir son pouvoir, cependant la proximité de l’Eglise avec le pouvoir politique au fil du temps permettra à cette dernière de ravir l’autorité aux monarques occidentaux, les siècles qui suivront verront plutôt l’église devenir l’organe central de la politique en occident, au moyen-âge l’Eglise chrétienne en occident, a des fonctions régaliennes. Proche de la population elle répond à ses besoins et devient plus riche et plus puissante que les rois qu’elle peut déposer et élire comme bon lui semble; aucun couronnement ne se fait sans l’onction de Rome le pape est l’autorité suprême capable de prendre des actes qui ont force de loi, et de mener des guerres partout dans le monde y compris des guerres économiques comme les croisades en orient, l’esclavage contre le peuple noir et la colonisation en Afrique qui pris le relais avant d’être pérennisé par le néocolonialisme qu’ est le sous-développement, qui lui, sera contrôlé et systématisé par l’entité qui remplacera l’Eglise. Les démocraties occidentales .

Avec les abus de tout ordre dont l’inquisition et le rigorisme extrême de l’Eglise on assistera à plusieurs schismes de l’église qui fragiliseront l’autorité de l’église qui petit à petit perdra son pouvoir, au même moment que la population occidentale devenait plus lettrée s’affranchissant par la connaissance, du joug de l’Eglise. Au moyen âge moins d’un pour cent de la population européenne était lettrée, tandis qu' à la période des révolutions et de l’abolition de l’esclavage plus de 30 % de la population européenne pouvait lire ou écrire. L’accès à l’éducation n’est pas à lui seul responsable de la désaffection des citoyens occidentaux de l’église car en savant lire et ayant un esprit critique si l’église était vraiment une probité morale qui prêchait par l’exemple l’accès à la connaissance aurait plutôt raffermie la foi des citoyens en l’église malgré les dogmes irrationnels. la désaffection de l’église des citoyens viendra plutôt de l’ambivalence du clergé qui avec la révolution française perdra son pouvoir régalien. Cependant la foi en Dieu elle survivra et l’église sera remise dans sa mission première qui est la viabilisation des voies divine, même si sur ce côté encore l’avancée de la science, et l’immoralité de certains membres du clergé lui fera perdre un peu plus d’ouailles.

De nos jours après moult péripéties l’idéologie principale n’a pas changé une nouvelle entité a simplement pris le pouvoir avec la révolution française et l’indépendance des Etats-Unis de l’Angleterre, la République et le régime dit démocratique qui prirent l’ascendant sur le clergé et les monarchies, depuis plus de 200 ans une classe politiques est au affaires et exerce les fonctions régalienne avec la même arrogance et fourberie que l’église du moyen âge, avec le temps les méthode barbares telles que l’inquisition ont pris un autre label en la torture, des états policiers qui sous le couvert de la loi, ou de l’espionnage d’état continu de mener des activité ignobles contre les citoyens. La corruption de la classe politique occidentale a atteint des degrés inqualifiables, même l’église du moyen âge n’a pas fait mieux, la seule couverture reste le changement sans cesse de certaines faces sur un corps vieux de plusieurs siècles pour berner la populace.

L’illusion est tellement bien entretenue que les citoyens occidentaux ne se rendent pas compte que depuis plusieurs siècles c’est la même classe politique qui les gouverne, peu importe les partis politiques qui arrivent aux affaires ; et mieux les 100 dernières années, la bipolarité de la classe politique formant le bras droit et le bras gauche du même corps, n’en rajoute qu’à la duplicité. Au sein de l’église on votait son pape et on continue à le voter de nos jours, même si l’on dénombre quelques coup d‘états dans l’histoire, à l’intérieur du parti unique qui est le clergé. Aux Etats-Unis, entité majeure de l’occident, dans les deux partis qui se partagent la scène politique depuis des lustres, ce sont les grands électeurs du collège électoral qui élisent dans les faits le président qui est membre de leur parti, un système qui n’est pas sans rappeler le collège électoral des cardinaux qui élisent le pape lui-même membre du clergé.

Il est facile de savoir qui aujourd’hui détient les mêmes prérogatives que celle détenu à l’époque par Nicolas V qui décréta le début de l’esclavage le 18 juin 1452 ou de Urbain II qui en 1095 décréta la première croisade en Orient. si la coupole du Capitol ressemble à celle de la basilique du Vatican cela intéresserait plus ceux qui ont tendance à se concentrer sur le caractère ésotérique de l’exercice du pouvoir politique dans le monde, et cela n’est pas anodin loin s’en faut. Cependant dans les faits les péchés de Rome ont été transféré à Washington DC, avec la même dextérité depuis des décennies des guerres sont déclenchées au moyen orient et partout dans le monde, on influence et adoube secrètement ou ouvertement les dirigeants des pays dit souverains, on fait et défait les rois de cette ère à sa guise, et les abus ne sont pas moins légions, avec la torture les horreurs de la guerre et des embargo économiques sur des pans astronomique de la population mondiale.

Avec un certain cynisme les Etats-Unis décident qui a droit au progrès économique et social et qui n’en a pas, la guerre en Libye est édifiante su ce point. Dans le reste des démocraties occidentale la France la grande Bretagne l’Allemagne et le Canada ne suivent que les directives de leur grand parrain que sont les Etats-Unis et dans une échelle plus restreinte la désaffection des populations occidentales est devenu une réalité que les gouvernants occidentaux ne balayent plus du revers de la main, comme une menace peu probable. il n y a plus de raison de douter que comme l’église chrétienne, l’occident doit s’attendre à une grande désaffection de l’humanité car elle a trahi la confiance de celle-ci, en se donnant un beau rôle qu’elle n’a jamais pu tenir floutant et trompant à tout vent aussi bien leurs compatriotes que les citoyens du restant du monde.

Lorsque l’on se donne une probité morale et que l’on a le bagout d’agir à contrario il est logique que l’on perde la confiance des gens. L’accès à l’information et la multiplication des formes de communications a permis l’érudition d’une nouvelle génération de citoyens du monde qui comme hier feront tomber les acteurs des démocraties occidentales, car de plus en plus la duplicité de la classe politique occidentale est mise à jour et une fois que le roi est nu il perd tout respect.

Cependant avec le déclin de la classe dirigeante occidentale qui de plus en plus propose comme candidats aux postes clef des personnages qui désormais apparaissent très peu recommandables pour la simple raison que la connaissance de la chose politique de la populace mondiale est bien meilleure et non par ce que les politiciens sont subitement devenus moins bons, il est important de se poser la question de savoir qui prendra le pouvoir et comment ?

Le candidat le plus tenace du siège, sont les multinationales qui désormais font la pluie et le beau temps faisant et défaisant les rois par la manipulation des économies et le soutien financier au future dirigeants politiques qu’ils tournent en marionnettes. Le pouvoir des multinationales est d‘autant plus grand qu’il est invisible dans la multiplicité de ses pôles et de ses stratégies, cependant comme ses deux prédécesseurs il n’est pas moins vil, criminel, et arrogant. Néanmoins il a une longueur d’avance car il compte s’imposer par la dépendance de l’humanité à la consommation des biens et services qu’il produit. Aussi de nos jours on constate que, la populace mondiale a beau se plaindre des méfaits des multinationales mais hélas elle ne peut se passer d’utiliser les produits que ces mêmes multinationales produisent. La révolution pour la prise du pouvoir par les multinationales s’est faite par industrie et sournoisement en infiltrant les gouvernements occidentaux, en désappropriant et paupérisant le peuple par les privatisations colossales. Le pouvoir des multinationales sur l’humanité sera un retour à l’esclavage et le pire c’est que beaucoup ne s’en rendront même pas compte. Car de nos jours il plus facile de tromper les gens que de leur faire comprendre qu’ils ont été trompés jusque-là. La seule tendance qui pourrait rompre ce monopole est la technologie alternative qui ruinerait ces multinationales en proposant des solutions révolutionnaires gratuites ou à coût dérisoire.

Hubert Marlin Elingui Jr.

Journaliste Ecrivain


27 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved