Search
  • Hubert Marlin

Pourquoi la France est  détestable et détestée


Il faudrait des volumes de thèse pour élucider cette question, cependant les attentats du 13 Novembre à Paris sont venus montrer aux observateurs attentionnés des relations houleuses entre la France et le restant du monde, combien ce pays et voire ses citoyens n’avaient pas les faveurs émotionnelles et compassionnelles des autres. C’est dans le malheur que l’on reconnait ses amis et c’est aussi dans ce même malheur qui plus est arrivé par la main de l’ennemi que l’on se sait haïs. La terre des droits de l’homme de la liberté de l’égalité et de la fraternité, devrait pourtant être le paradis terrien auquel l’humanité aspirerait ; mais au lieu de ça on assiste à une espèce de ressentiment envers ce qui est français. N’en déplaise au bon vivant qui apprécieraient la cuisine française et autres adresses bacchanales, on a l’impression que le message véhiculé par les grands idéaux de la douce France ne sont qu’un paravent une excuse aux mensonges les plus audacieux, et forcement la confiance floutée, comme les amours perdus et déçus peuvent créer des inimitiés les plus tenaces, personne n’aime être trahi , ni encore moins être bafoué dans son amour propre par l’arrogance des autres.

Combien de crimeS horribles ont été commis par le pays qui le premier se targua de faire une déclaration des droit de l’homme et du citoyen, en 1789 ? Au cours de l’histoire tumultueuse de la France, on a l’impression que le terme homme n’était qu’un luxe réservé à une certaine catégorie d’individus. Ce ne sont pas les anciennes colonies d’Afrique, d’Asie, et d’Amérique, de la France, qui démentiraient, cet état des choses. Ces contrées qui durant des siècles ont subi et continuent de subir pour certains, les affres d’un système de mépris et d’exploitation sans vergogne, le tout au nom des termes nobles comme la civilisation, qui dans le paradigme occidental, n’est rien d’autre que l’incivilité envers les vies et cultures des autres. Les choses ont atteint leur paroxysme, si bien qu’à un moment donné beaucoup ne sauraient accepter l’idée d’adhérer à ce qui est français, sans se renier soit même. Ce combat interne ne peut qu’ à , la longue engendrer des frustrations, surtout qu’une fois que l’on veut vraiment s’assimiler à la donne du colon, on se rend compte qu’en fait on est inféodé à un système qui fait de vous des sous hommes, des citoyens de seconde classe. Malgré les idéaux de liberté d’égalité et de fraternité, en France si vous avez la mauvaise origine vous ne serez jamais français. La prépondérance du front national dans la vie politique de ce pays est un indicatif patent.

Si selon Alexis de Tocqueville « la France a formé, au-dessus de toutes les nationalités particulières, une patrie intellectuelle commune dont les hommes de toutes les nations ont pu devenir citoyens » la réalité est plus complexe. Dans le cas des africains par exemple le pedigree académique n’est jamais gage d’ascension sociale, à bien des égards en France le vigile de nuit africain est souvent plus nanti de parchemins académiques que le directeur (un citoyen français d’origine africaine tué pendant les évènement était vigile de nuit doté d’un diplôme d’ingénieur en informatique). Si par rapport à ses homologues nord-américains l’accès aux études universitaires est possible même pour les moins nantis, le prix étant dérisoire, car on est bien loin des 60 mille euros en moyenne pour les études de premier cycle, dans les universités américaines, l’accès à l’emploi quant à lui est sectaire. L’égalité et la fraternité, s’évaporant comme peau de chagrin à ce niveau. Il y a même des circulaires du gouvernement français qui désormais, interdisent les ressortissants des pays d’anciennes colonies françaises de rechercher un emploi en France après leurs études, pour conforter cette thèse. Si dans les autres pays les terroristes sont en général des mercenaires internationaux, en France tous les terroristes sont français et ils sont l’expression d’un marasme social qu’il ne faudrait pas nier. La société d’exclusion en a fait des laissés pour compte, qui revendiquent violemment leur existence.

Les différentes guerres de libération de la même France en 1918 et en 1945, ont elle aussi amené leur lot de frustration. Combien, ce sont battus pour la France à sueur et à sang, pour après être exécutés froidement par la même France ? Les fantômes du massacre du camp de Thiaroye, n’ont toujours pas trouvé la paix tant les injustices que subit leur descendance sont des plus criardes.

On ne saurait dire du mal de la France, elle a contribué à la civilisation de l’humanité, une civilisation, dénuée de toute civilité qui n’a jamais eu de respect pour la vie des autres issus des pays, d’Afrique, des Caraïbes, et du Pacifique. La politique de la terreur avec des exactions horribles envers des peuples souverains jonchent l’histoire des rapports entre la France et ses colonies. Aujourd’hui certains estiment qu’il faudrait se taire, on y a de la famille ou des amis, qui y vivent et jouissent de certaines facilités, comme le standard de vie élevé et les bienfaits de la sécurité sociale. Mais au prix de quelle ignominie ? Quand on sait que ce sont les plus chanceux qui échappent à la misère des tropiques. Misère entretenue et pérennisée par le système de prédation de la même France. Les milliers de morts de migrants en méditerranée chaque année, sont là pour le rappeler à ceux qui semblent l’oublier...

Doit-on être fière d’entre français et de faire partie de ce peuple qui trouva un plaisir malsain à dynamiter de malheureux indigènes africains pour imposer la peur et le respect, ou encore n’hésita pas à employer des méthodes coercitives comme l’utilisation des camps de concentration pour forcer les indigènes à travailler comme esclave dans l’Oubangui actuel Centrafrique ? Dans cette contrée en 1905 les femmes et les enfants seront enlevés et parqués dans des camps d’otages, jusqu’à ce que le mari ou le père ait récolté assez de caoutchouc… la production de caoutchouc n’évoluant toujours pas au gré des colons, le blocus sera maintenu et presque tous les otages femmes et enfants finiront par périr en captivité. Et ceci n’était rien devant l’infamie de la mission Chanoine et Voulet qui en route vers la conquête du Tchad sèmera mort et désolation sur son passage tuant à tout vent, égorgeant femmes et enfants. A Birni N’Konni, dans l’actuel Niger pour avoir essuyer le refus du chef de village de plus de 10 000 âmes, dans leur quête de vivres et de bétail, Chanoine et Voulet ordonne un meurtre à grande échelle. Ils tueront tout le monde, brulant les nourrissons au fourneau devant leurs parents, avant d’exécuter de manière sommaire tous les habitants du village, coupant les têtes et les accrochant aux piquets comme de vils trophées. L’expédition macabre continuera jusqu’à l’actuel Tchad ou elle ne se gênera pas de tuer encore et encore. Chanoine et Voulet à eux seuls auraient tué pas moins de 20 000 personnes entre Janvier et Juillet 1899. Au Cameroun de 1956 à 1972, l’armée française livrera une bataille sanglante contre les indépendantistes Camerounais ; utilisant une fois encore, les camps de concentration, et les bombardements des populations au Napalm. Plus d’un demi millions de Camerounais périront dans cette guerre qui reste occultée. De nos jours on peut admirer la splendeur horrible de l’armée coloniale française dans des musées parisiens, comme celui de l’homme ou d’histoire naturelle, où les têtes coupées de grands résistants à l’invasion française sont en vitrine. Çà et là on y trouve des têtes de grands chefs Africains, Algériens ou du Pacifique comme Ataï le grand chef Kanak qui combattit les colons français à la fin du 19e siecle.

Certains diront ce sont là les méthodes du passé, mais y’ a-t-il eu un changement entre temps, lorsque le passé reste si omniprésent dans notre présent qu’il définit quel sera notre future ? On dira c’est de histoire ancienne et d’ailleurs chaque nation, a ses criminels, mais la réalité est que toutes ces exactions furent commises au nom d’un pays, ce pillage qui avec le temps c’est sophistiqué continu d’accorder des profits matériels et des privilèges à la France et à ses citoyens, le casse du siècle étant la prise en otage de la monnaie des pays souverains d’Afrique francophone par la banque de France. l’ancien président Français Jacques Chirac lui-même affirmait devant un parterre de Journalistes : « une bonne partie de l’argent que vous avez dans vos portes monnaies vient d’Afrique » admettant du même coup que le France avait une responsabilité directe dans la situation catastrophique dans laquelle se trouve le continent noir, et qu’il était temps qu’elle essaye de faire une espèce de réparation. Mais au lieu de cela, les gouvernements qui se succèdent continuent la même politique de spoliation ajoutant à cela condescendance et dédain, en utilisant des prétextes fallacieux comme la démocratie et la liberté des mœurs libertine.

Alexis de Tocqueville disait la liberté ne saurait être établie sans la moralité et la moralité quant à elle ne saurait exister sans foi. Où est la morale de la liberté, lorsque l’on veut faire la morale aux âmes matures, en leur imposant une conception erronée de la vie dont le but est de les exploiter et de les reléguer à l’arrière-plan du développement humain, le tout sans tenir compte des réalités locales. Et pire lorsque l’on emploi la méthode criminelle pour atteindre des objectifs inavoués, comme la destruction de la Libye, dont le but essentiel était de freiner le développement de l’Afrique et sa mise au pas en sponsorisant les groupes terroristes qui devaient faire le sale boulot.

Il y’a dans les rapports entre la France et tout ce qui est Africain un racisme effroyable, la race civilisé n’y est pas allé de main morte depuis, André Gobineau et ses théories sur l’inégalité des Races, et les élucubration sauvagement racistes des philosophes du siècle des lumières comme Voltaire qui implémentèrent l’idéologie esclavagiste dans le monde faisant mutatis mutandis du siècle des lumières en Europe, le siècle de l’obscurantisme en Afrique. Cette idéologie a survécut et s’est modernisée, car de nos jours toute l’élite française est raciste de gauche à droite, politiques et membres influents de la société civile trouvent que la pratique du racisme est un sport snob à la mode. Le racisme français s’apparente à une lèpre dont la pestilence des plaies béantes est écœurante, et les afro occidentaux qui supportent et collaborent à ce système d’exclusion par ce qu’ils ont trouvé le moyen de survit en devenant des charognes, qui gagnent leur pitance de ce tas d’immondices n’en rajoute qu’à la haine fratricide dans la diaspora noire mondiale, les uns se sentant trahi par les autres.

Le snobisme idéologique est palpable dans la politique occidentale à travers le monde, dans la poursuite chimérique qu’est le messianisme et la domination socio- culturelle des autres, la France et l’occident perdent la tête, adoptant des politiques discutables autant bien sur le fond que sur la forme dans un imbroglio ambivalent qui frise la délusion. En Syrie on veut démettre un président que l’on ne trouve pas assez démocratique, tandis que dans le même temps on est bienveillant envers des monarchies autocratiques comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar, qui n’ont aucun respect pour les droits de l’homme. On veut combattre l’islamisme mais on est quand même prêt à détruire l’un des rares pays laïcs de l’orient doté de la liberté de culte, avec l'islamisme.

Les attentats du 13 Novembre, ont vu la solidarité des autres avec les victimes françaises que d’aucuns affirmaient n’être pas forcement en phase avec les différentes politiques du gouvernement français. Mais en même temps ces évènements ont montré à la face du monde la rancœur que certains ont envers la France. C’est vrai certains diront le désamour des peuplades sous développées ne compte pas, par ce que les autres nations civilisées ont toujours fait comme la France sinon pire, en occurrence le grand allié, les Etats-Unis qui a exterminé des races entières, réduisant d’autres en l’esclavage, et rasant des villes entières par le nucléaire, mais qui reste du moins la nation la plus adulée du monde libre des civilisés. En tout cas les moins méchants ont toujours un respect conséquent, pour les plus méchants de leur syndicat, en espérant faire aussi bien, que ces derniers un jour.

En 2015 la France est devenue le plus grand marchand d’engins de la mort dans le monde, après les Etats-Unis, et ce sont les situations de guerre et d’insécurité, qui fournissent des débouchés à l’industrie de la guerre.

Cette percée dans le commerce des armes ne plait pas toujours à ses alliés américains qui depuis toujours ont considéré la France comme un sérieux prétendant à leur hégémonie, et les relations Franco américaines ne sont pas si bonne que ça, et ont empiré avec le refus de l’administration Chirac de les suivre dans la nième guerre d’orient en 2003 contre l’Irak. L’establishment américain a été grandement courroucé de ce "non" qui affirmait la souveraineté d’un pays qu’ils croyaient soumis à leur ordre. Cependant la France est haïs par les américains pour toutes les mauvaises raisons; si le français et l’anglais sont des langues différentes, l’idéologie coloniale et raciste reste la même dans les deux pays, ils ont toujours collaboré même dans les basses besognes, tandis que la France a aidé les États-Unis à se débarrasser des colons Anglais, les États-Unis ne se sont pas gênés de détruire Haïti sous la demande expresse de la France en Représailles de l’affront de 1802, la première économie des Caraïbes fut placée sous embargo dès 1805 et la suite on la connait . Mais aujourd’hui les Etats-Unis dans leur mission impérialiste trouvent qu’il faut faire de ses alliés, ses vassaux , et pour ce faire utilise les méthodes les plus abjectes. Non content d’influencer la politique Française finançant les candidatures des présidents pro américains, (Sarkozy connections directe avec la CIA, et Hollande membre des Young leader socialiste, jeunesse socialiste formée pour l’expansion de l’idéologie américaine) les américains ne se gênent pas de faire du « French bashing » leur sport favori, à savoir se moquer cruellement de la France et des français à chaque occasion qui se présente. Aussi il est de notoriété publique chez l’américain moyen qui est assez idiot pour le croire, que malgré la grandeur de la haute couture française, les français en général ont une sainte horreur de prendre une douche, reprenant comme mantra, cette maxime « French people never shower » « les français ne se douchent jamais ». C’est vrai le discours officiel après les attentats du 13 Novembre est à la compassion outre atlantique, mais secrètement il y’a beaucoup d’américains qui jubilent espérant que Paris sera un jour comme Kaboul, un havre du désordre et de l’insécurité, aussi il ne restera plus que New York, malgré la statue de la liberté Française qui y est, comme destination touristique de choix.

Le mépris et la condescendance ne s’embarrasse pas du respect dû aux morts. Dans le monde occidental les morts des autres n’ont pas la même valeur ou estime. Ce mépris inavoué n’est en fait que la résultante du fait que les morts du terrorisme en Afrique et en Orient sont des victimes directes de leur politique de prédation et de fourberie, pourquoi en parleraient – ils ? Pour s’accuser eux même et éveiller l’attention du publique sur les faits et méfaits de l’élite dirigeante ? Les medias qu’ils contrôlent, sont un atout majeur de leur politique de diversion, et en plus en imposant la compassion envers leurs morts par leur media ils veulent cacher leur couardise sous le sang des victimes. Les media occidentaux ont la plus large audience puis que par assimilation à leur idéal, le restant de la populace mondiale se doit de les suivre. Aussi beaucoup oublient justement que, si certains en Afrique n’ont pas les moyens de s’autodéterminer et de créer leur propre organes de presse c’est justement par ce que tout leurs moyens et ressources sont vampirisés par la même puissance coloniale qui depuis des lustres fait la pluie et le beau temps. Pareil pour la situation catastrophique des pays où la France est le plus haïs, les dirigeants sont des simples vassaux qui appliquent envers le peuple dont ils sont issus, le programme de pérennisation des structures du profit colonial et du mépris des indigènes, en érigeant la misère morale et matériel comme norme.

Les choses seraient plus simples si les gouvernants avaient leur politique et les peuples occidentaux la leur, mais hélas les populations occidentales sont formatées, par leur élite dirigeante qui leur instille le cynisme et le mépris des autres. Même si de plus en plus des voix s’élèvent, la large majorité de ces populations restent adeptes de l’idéologie de domination et de condescendance envers les autres, le monde étant divisé entre ce qui ont et ceux qui n’ont pas ; beaucoup espèrent un jour gravir les échelons de la société en adoptant cette attitude abjecte qui semble être devenue la voie royale du progrès social en occident. Avec cette mentalité qui ne cesse de faire des émules, la paix mondiale ne viendra jamais de l’occident, car en instituant des situations d’injustice, on ne peut que pérenniser les guerres de domination et les réactions de révolte. Les terroristes pour les uns, seront toujours les justiciers pour les autres. Tant que la victoire sur le terrain n’est pas du côté de la justice, la guerre ne peut que perdurer. La justice des vainqueurs d’aujourd’hui c’est la guerre de demain.

Par Hubert Marlin

Journaliste


0 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved