Search
  • Hubert Marlin

Kinée Diouf, une perle noire sur le podium


Flashmag dans son numéro de Mars est à New-York, pour rencontrer le super modèle Kinée Diouf pour sa page Mode "Flashmode" Si le nom Kinée semble ne pas vous rappeler grand-chose, nous sommes certains qu’au moins de devez connaître son visage. Cette beauté ébène a défilé et défile pour les plus grands nom de la haute couture mondiale de Givenchy, à Vivienne Westwood, en passant par Roberto Cavali, Zac Posen, Roksanda Illincic, ou Louise Gray et bien d'autres. Adorée par les éditeurs de magazines et les concepteurs de mode, Kinée a orné les pages de Vogue britannique, I-D Wallpaper, et fait la couverture des magazines huppes tels que Tank dans l’édition marquant leur 10e anniversaire, Arise, Trace, Vogue, la revue française de mode et bien d’autres. Elle est apparue dans des campagnes pour Diesel, Lacoste Benetton et bien d’autres. En cinq ans dans l'industrie de la mode notoirement volage, le modèle d’1 mètre 75, a accompli bien plus que la plupart des modèles réalisent dans leur entière carrière, pour elle l’année 2012 a déjà démarrée sous les chapeaux de roues et rien ne semble la ralentir.

Dans les lignes qui suivent, elle nous donne un aperçu sur sa personne, sa carrière sans manquer de nous donner une savante opinion sur des sujets d’actualité liés à l’industrie de la mode globale d'aujourd'hui.

Flashmag: Bonjour, Kinée! C'est un immense honneur pour notre magazine de vous avoir comme invitée de notre page consacré à la mode, pour commencer, que pouvez-vous nous en dire plus sur votre personne, où êtes-vous née, et quelle est votre cursus académique?

Kinée Diouf: Bonjour, c’est tout aussi super pour moi d'être dans votre magazine! Comme vous le savez probablement, je suis né à Dakar (Sénégal). Après l'école j'ai commencé à étudier l'art et puis je me suis relocalisée à Paris.

Flashmag: comment êtes-vous arrivée à étreindre cette profession exigeante de Mannequin ? était-ce votre rêve d'enfance? Parlez-nous de la genèse de votre carrière comment cela a commencé?

Kinée Diouf: Pour être honnête, je ne pensais pas devenir Top model. C’est simplement arrivé! Un coup du destin en somme. Quand j'étais une petite fille que je voulais aider les gens et faire partie de ces missions humanitaires. Une fois à Paris, un créateur de mode africaine (Imane Ayissi) m'a suggéré de devenir modèle et a demandé à un de ses amis de faire quelques photos de moi. Juste après, je me suis fait engager par une agence et c'est de cette façon que tout a commencé.

Flashmag: comment vous sentiez vous la première fois que vous avez dû monter

sur la scène pour un défilé de mode où était-ce et avec quel designer?

Kinée Diouf: Mon premier grand spectacle était avec Givenchy lors d’un défilé de la Haute Couture à Paris, j'étais un peu impressionné par tant de photographes et les éclairs des flashes tout autour. J’avais un peu le tract aussi vous savez quand vous marquez vos premiers pas, mais c’est une fois que vous commencez à marcher et atteignez le milieu de la piste que vous commencez à vous sentir beaucoup plus confiante.

Flashmag: maintenant que vous êtes un super modèle, réputé mondialement comment êtes-vous perçue dans votre pays d'origine, comment vivez-vous votre vie de femme célèbre et de glamour? Est- Ce que le comportement des gens autour de vous a changé avec votre notoriété, si oui comment? Et comment le gérez-vous?

Kinée Diouf: Je n'ai pas beaucoup travaillé au Sénégal. Probablement les gens qui suivent l’actualité de la mode, me connaissent, mais je dirais que je suis mieux connu dans d'autres endroits. Ma vie est très simple, je suis chanceuse de faire partie de cette industrie qui m'a donné l’opportunité de beaucoup voyager et de rencontrer des gens formidables de cultures différentes. Dieu Merci, j'ai toujours eu des gens sympathiques et authentiques autour de moi.

Flashmag: vous avez travaillé et Travaillé, avec les plus grands noms de l'industrie de la mode. En tant que modèle noire, quel est votre sentiment de faire partie intégrante de cette industrie, quelles sont vos relations avec les modèles d'autres races en général?

Kinée Diouf: Je me sens tout à fait normal, il n'y a pas de différence entre les asiatiques, les filles noires ou blanches. Il s’agit tout simplement de la beauté et la beauté n'a pas de couleurs ou de races.

Flashmag: vous avez été ou vous êtes en contrat avec plusieurs agences de mannequins à travers le monde comme, IMG New York, Viva l'Europe (...) pourquoi les modèles doivent maintenant être sous contrat avec plusieurs agences, n’y a-t-il aucun conflit d'intérêt?

Kinée Diouf: En fait, toutes ces agences travaillent toujours ensemble pour leur bénéfice commun, et bien évidemment pour nous aussi en tant que modèles.

Flashmag: Les Super model Noires comme Iman, Tyra Banks, Naomi Campbell, Liya Kebede avec qui vous avez travaillé en Décembre 2011 pour la collection Lemlem ont repoussé les limites de votre profession élevant la barre des salaires et s'engageant socialement pour certaines causes, quelles sont vos relations avec elles, que représentent-elles pour vous?

Kinée Diouf: J'admire vraiment Liya Kebede, et pas seulement pour son travail et sa beauté mais aussi pour son côté humanitaire. Iman était ma Diva quand j'étais une petite fille. Une vraie reine africaine. Naomi Campbell a fait beaucoup pour les modèles africains dans le secteur de la mode. Je suis tellement fière de les avoir rencontrées et travaillé avec elles, elles sont toujours une véritable source d’inspiration.(Malheureusement, je n'ai jamais rencontré Tyra Bank)

Flashmag: Notre Magazine est media partenaire de Top model of color international un concours mondial basé à Londres en Angleterre, qui préconisent de créer des opportunités pour les modèles d'origines africaines, asiatiques, hispaniques, et d’ethnicité mixte que pouvez-vous nous dire au sujet de cette aventure? Puis que, apparemment il est toujours difficile pour les modèles noires de se frayer un chemin dans l'industrie de la mode?En outre, vous avez travaillé avec les designers africains comme Imane Ayissi et bien d’autres comment appréciez-vous leur touche dans le secteur de la mode que certains juge trop carré?

Kinée Diouf: c’est une bonne initiative! Bon travail et bonne chance avec ça! À propos de savoir s'il est difficile pour les modèles noires, de se faire un nom dans l’industrie, je dirais que c'est dur en général. Rien n'est jamais facile, si vous voulez vraiment quelque chose vous devez travailler pour l’avoir! Il ne faut jamais abandonner!J'ai beaucoup appris avec Imane Ayissi. Il est tellement talentueux et il est aussi une grande personne avec un cœur énorme. J'aime aussi beaucoup la façon dont il dépeint les femmes, avec glamour et un style unique.

Flashmag: Les modèles sont très frileux quand il s'agit de leur relations intimes ou lorsque l’on parle de poser nue ; poseriez-vous nue pour un magazine? Qu'est-ce que cela signifie pour vous de poser nue? Une autre méthode d’expression de l'art ou autre chose?

Kinée Diouf: Ce genre de photos n’est pas le plus facile à faire. J'apprécie plus leur côté artistique, cependant c'est quelque chose que je n'ai pas fait tant que ça.

Flashmag: si vous êtes engagé dans une relation intime maintenant comment allez-vous la manager, vu votre carrière? Avez-vous l'intention de vous mariez un jour et quel type d'homme aimeriez-vous avoir dans votre vie?

Kinée Diouf: vrai, Je pense me marier et avoir ma propre famille, c'est sûr! Ça devrait être quelqu'un qui comprend mon monde, mon travail, et quelqu'un qui me soutienne.

Flashmag: Une vie sans causes est une vie sans effets quels sont vos idéaux comment voulez-vous aider à construire un monde meilleur?

Kinée Diouf: le tout est d’aider les autres, les enfants en particulier. Je suis entrain travailler sérieusement pour établir ma propre fondation pour les aider.

Flashmag: Une carrière de Super modèle ne dure jamais éternellement qu'est-ce que vous avez l'intention de faire après votre passage sous les feux de la rampe? Et qu'est-ce vous conseillerez aux jeunes filles qui veulent faire carrière dans le secteur de la mode?

Kinée Diouf: Je voudrais ouvrir une galerie d'art et travailler avec les programmes humanitaires. Pour les jeunes filles, aspirant à la profession je leur dirais d'être confiantes et positives. Vous devez savoir ce que vous voulez et allez-y. Apprenez les choses rapidement et soyez intelligentes. Flashmag: Quel est votre programme pour les mois à venir? Une phrase envers le grand public pour conclure cette conversation? Kinée Diouf: Je suis très occupée avec quelques travaux d’édition et de publicité pour les semaines à venir. Je tiens à remercier Flashmag pour cet entrevue ce fut un réel plaisir de vous rencontrer tous! Flashmag: Kiné Diouf,Flashmag et son lectorat vous merci pour cet entretien que vous avez gracieusement accepté de nous donner

Entretien réalisé par Hubert Marlin

Journalist-writer


14 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved