Search
  • Hubert Marlin

NADEGE BEAUSSON DIAGNE la muse du 7eme art


La guest star, invitée spéciale de Flashmag ce mois est une belle dame du cinéma. Nadège Beausson-Diagne, actrice Française au talent confirmé Auteur et Chanteuse de manière optionnelle. Elle nous parle sans retenus de ses passions, nous donne son opinion dans des sujets relatif à son métier et à sa personnalité, dans une interview inédite accordée à notre rédaction pour le bonheur de ses nombreux admirateurs.

Flashmag :bonjour merci de nous recevoir Nadège Beausson-Diagne peut elle se presenter au public ? Qui est-elle ? Son background, ses origines?

Nadège Beauson Diagne : Je suis une actrice ivoirienne/bretonne par ma mère et sénégalaise par mon père. Je suis née et j'ai grandi à Paris

Flashmag : comment a-t-elle embrassé la carrière de comédienne, qu’est ce qui a inspiré ce choix en elle ?

Nadège Beauson Diagne : Depuis l’âge de 10 ans je savais que je voulais être actrice c'est une passion avant tout. J'ai eu des coups de cœur au cinéma et surtout au théâtre en découvrant les beaux textes du répertoire français .J'ai d'abord aime les mots.

Flashmag :quels sont les comédiens de renom qui vous ont inspiré, quels films vous ont marqué dans la genèse de votre carrière ?

Nadège Beauson Diagne: Mon film preféré est "All about eve" de Mankiewiech. Je n'ai pas de "modèles" mais j'aime beaucoup Bette Davis, Angela basset, CCH Pounder, Glenn Close.

Flashmag :pouvez-vous nous dire quels étaient vos sentiments lorsque la première vous êtes montée sur les planches, sur le plateau, pour la réalisation d’une œuvre quels souvenirs garder vous de cette épreuve, des frissons du casting jusqu’à la première ?

Nadège Beauson Diagne :Mon premier émoi quand je suis montée sur scène a été une révélation, comme si c'était là qu'était ma vraie vie. Pour le cinéma, c'est lorsque j'ai tourné pour la première fois en Afrique au Gabon que j'ai eu le plus grand choc de ma vie. J'allais découvrir ma terre africaine et des gens qui sont devenus des amis, une nouvelle famille. J'aime le théâtre, mais j'ai besoin de cette adrénaline que procurent un tournage, un travail d'équipe.

Flashmag : depuis 1997 vous avez apparu dans plus de trente production cinématographique, (grand écran, télévision) et théâtrales tels « la femme fantôme »de Michael Batz (2003) ou vous vous êtes révélée une comédienne sublime pouvant incarner plusieurs rôles à la fois, comment expliquez-vous cette constance ?

Nadège Beauson Diagne J'ai eu beaucoup de chances dans ma carrière! Je m'en rends compte! Au cinéma j'ai rencontré de grands réalisateurs qui m'ont fait confiance et qui ont su

aller au-delà de ma couleur en m'offrant des rôles par rapport à ma personnalité. Quant à la pièce la "femme fantôme" c'est ma plus belle expérience artistique à ce jour .J'ai aimé donner corps et voix à ces 35 personnages, mais j'ai surtout j'ai aimé raconter l'histoire de ces sans papiers qui demandent l'asile politique parce qu'ils sont menaces de mort dans leurs pays. Si je fais ce métier c'est pour ça aussi, pour donner un message politique, et essayer à mon petit niveau de soulager les maux de notre société.

Flashmag :ayant des racines Africaines on vous a vu jouer dans des films mis en scène par des cinéastes Africains Notamment en 2002 « Les couilles de l’éléphant » d’Henri Joseph Koumba Bididi, « Le silence de la foret » de Basseck Ba Kobhio, et Didier Ouenangare. Quelles impressions avez-vous par rapport à cette incursion dans le cinéma Africain ? Un retour aux sources ?

Nadège Beauson Diagne : Le cinéma africain est une priorité pour moi, je me sens profondément africaine, mais surtout parce que c'est la bas qu'on m'a donné mes plus beaux rôles. Je n'ai pas à justifier quoi que ce soit je suis, gabonaise ou burkinabè ou centre africaine. Je suis une multitude alors qu'en France si on décide de me donner un rôle la plus part du temps il faut que quelqu'un dise -"Oui mais pourquoi une noire"? Encore en 2011 !!!!J'aime le cinéma africain et je luis suis toute dévouée!

Flashmag :comme actrice de souche Africaine résident en France n’est-il pas un peu compliqué pour vous de vous faire une place dans cet univers machiste, et racialement complexé ? Comment tirez-vous votre épingle du jeu ? On est quand même éblouit par ce que vous réalisez ?

Nadège Beauson Diagne : Je ne m'excuse pas de qui je suis et surtout je fonce! Je sais que j'ai des choses à apporter aux gens et surtout aujourd'hui j'écris et je vais réaliser mes projets, je vais aussi faire mon album! Je prends le pouvoir!

Flashmag : votre opinion sur la controverse née du film « Case départ »? En tant qu’actrice noire vous êtes-vous déjà sentie sous utilisée ou mal utilisée par les metteurs en scène, pour donner une image négative des Africains et Afro descendants? Joueriez-vous n’importe quel rôle, immoral, ou alors ne cadrant pas avec votre philosophie du métier et de la vie?

Nadège Beauson Diagne : Je n'ai pas aimé ’’Case Départ’’ pour des questions artistiques. Je pense qu'on peut rire de tout mais avec talent et panache. J'ai déjà dis non a des projets trop "caricaturaux "bien sûr il est temps d'évoluer et de se respecter. Mais encore une fois je ne vais pas m'excuser ou dire oui a tout parce que je suis une petite noire! Non j'ai une éthique et je ne veux plus travailler avec des gens médiocres ou racistes; Je sais qui je suis!

Flashmag :que pensez-vous du cinéma Africain et de la place des noirs dans l’industrie du film en général aussi bien en Europe qu’en Amérique ?

Nadège Beauson Diagne Le cinéma africain est en plein essor, il faut lui donner les moyens techniques et financiers d'évoluer encore. Mais il y a plein de jeunes réalisateurs de talent dans notre continent. Quant à la place des acteurs noirs en Europe et en Amérique ce n'est pas du tout la même chose. C’est un problème d'histoire des pays et en Amérique il y a des quotas ! En France les gens ne sont pas prêts!

Flashmag :En 2007 vous faite partie du casting du succès planétaire « Bienvenue chez les Ch’tis » de Dany Boon un mot sur votre rôle dans ce chef d’œuvre ainsi que sur le film pourquoi a-t-il eu autant de succès ?

Nadège Beauson Diagne : Je joue un petit rôle dans "Bienvenue chez les cht'is" en clin d'œil parce que Dany m'avait aimé dans "Podium" Le succès du film est du à la générosité de son auteur et de ses acteurs! Pour une fois en France un film s'intéresse aux gens simples, ni beaux ni moches et surtout qui ont une problématique de gens simples. Une fable sociale et humaine. Dany Boon est un homme exceptionnel que j'aime beaucoup!

Flashmag :vous êtes chanteuse et auteur de manière optionnelle pouvez nous en dire un peu plus ? la chanson et l’écriture participent-ils à vous affirmer en tant que véritable femme des arts ?

Nadège Beauson Diagne : J’ai grandi en étudiant la danse, le chant, la musique

et le théâtre. Tout ça est très naturel pour moi j'ai besoin de tous ces art pour m'exprimer.ET aujourd'hui je me réalise plus dans l'écriture et le chant. Chanter et écrire c'est comme vivre pour moi!

Flashmag :nous avons coutume de dire « qu’une vie sans cause est une vie sans effet » Nadège Beausson Diagne est-elle une artiste engagée ? De quelle manière aimerais-t-elle contribuer à l’édification d’un monde meilleur ?

Nadège Beauson Diagne : Tous les jours j'essaie d'être fidèle à mon éthique et mes opinions politiques.Ca peut passer par des petits gestes de la vie mais surtout c'est dans mes œuvres que je vais enfin exprimer mes idées. Je suis une femme, noire, libre, artiste tous les jours je mène des combats parce qu’on ne me facilite pas la vie ! Mais mon deuxième prénom est Angela pour Angela Davis ! Vous imaginez!

Flashmag :Du point de vue personnel, quelle influence a votre vie sentimentale sur votre carrière y’a-t-il compatibilité ? En général ceux qui craquent pour vous, et ils sont nombreux vos admirateurs. À votre avis qu’est ce qui les séduit la femme publique que vous êtes ; ou la femme sans artifices que vous êtes au privé, préférez –vous que l’on vous aime parce que vous êtes célèbre et aisée ou alors en tant que femme tout court- ? Est-il facile de dissocier l’une de l’autre ?

Nadège Beauson Diagne :Je ne sais pas si j'ai quelque chose de spéciale, je suis entière! Je le revendique! Et je ne me laisse pas marcher sur les pieds! J’aimerai que certaines femmes arrêtent de jouer les «petites choses » pour obtenir ce qu'elles veulent! Et garde la tête haute, toujours!

Flashmag :un mot sur vos projets en cours et futures, notamment cette année au théâtre « Lady

Oscar ». A la télévision « Plus belle la vie » (rôle du Commissaire Sara Douala)

et au Grand écran « Rien à déclarer » de Dany Boon ?

Nadège Beauson Diagne : a coté de tout ceci, Je travaille actuellement au théâtre et j'écris mon premier roman, je travaille sur mon premier album, un programme court en fait; je vais réaliser mon premier court métrage et j'écris mon premier long métrage. Et puis j'essaie de dormir aussi ah ah ah ! (rires)

Flashmag :pour clore une mention spéciale à vos nombreux admirateurs et lecteurs de Flashmag ?

Nadège Beauson Diagne : Merci de me soutenir et surtout ne laissez personne vous empêcher d'aller au bout de vos rêves! Je vous embrasse fort!

Nadège Beausson Diagne, Flashmag vous remercie sincèrement pour le temps que vous avez pris pour répondre aux questions qui vous ont été posées.

Interview realisée par Hubert Marlin Jr.

#cinemanadegebeaussonfrance

23 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved