Search
  • Hubert Marlin

#METOO Le Retour de Bâton de la Campagne Suscite la Ségrégation Sexuelle


Alors qu’une vague d’allégations d’inconduite sexuelle à l’égard d’hommes notables a fait la une en 2018 , les relations entre hommes et femmes sur les lieux de travail à travers l’Amérique et le monde occidental ont pris un coup sérieux, entrainant parfois des discussions plus honnêtes sur ce qui est permit ou pas au travail, mais aussi vers le silence et l’exclusion, une réaction discrète contre la juste fierté du mouvement # MeToo Les hommes ont peur et les féministes sont ravies. Mais l'envie de dénoncer et de punir la transgression sexuelle masculine vient inévitablement se heurter à une vérité incontournable. Les femmes et les hommes sont en train de changer. Les femmes se sentent enhardies de dénoncer les comportements inappropriés, et les hommes réfléchissent à deux fois à ce qui est acceptable au travail. Finis les dîners avec des collègues féminines. Ne vous asseyez pas à côté d’elles en avion. Réservez des chambres d'hôtel à différents étages. Évitez les rencontres individuelles.

En fait, comme l'a dit un conseiller en patrimoine, le simple fait d'embaucher une femme de nos jours est «un risque inconnu». Et si elle prenait mal quelque chose, qu’il aurait dit de la mauvaise façon? Du côté de Wall Street, les hommes adoptent des stratégies controversées à l’aune du phénomène #MeToo et, ce faisant, rendent la vie encore plus difficile aux femmes. Appelez cela l'effet Pence, d'après le vice-président américain Mike Pence, qui a déclaré qu'il évitait de dîner seul avec une femme autre que sa femme. En finance, l’impact global peut être, essentiellement, la ségrégation sexuelle. Les hommes refusent de faire quoi que ce soit seul avec une femme. Les cadres masculins refusent de déjeuner avec les cadres subalternes féminins. Ils refusent de voyager. Ils refusent de se mettre n'importe où, évitant tout scénario où ils pourraient être tentés où être accusé à tort. Par conséquent la réaction prévisible des féministes est simple. "Ces hommes refusent aux femmes des opportunités d’affaires, des opportunités de promotion. Ces hommes font de la ségrégation des genres et empêchent une fois encore les femmes d’avoir accès au plafond de verre." J'ai le sentiment que nous avons reculé de 20 ans en tant que professionnelles », a déclaré Green, qui est propriétaire de son entreprise. "J’anticipe pleinement en pensant que si je vais être en concurrence avec une autre entreprise qui appartient actuellement à un homme, le facteur décisif sera:" Vous ne voulez pas embaucher une entreprise de lobbying composé de femmes dans cet environnement.

Ce genre de pensée se répand de manière agressive à Silicon Valley, où les hommes s'adressent à des forums de discussion tels que Reddit pour exprimer leur intérêt pour la ségrégation sexuelle, parfois étiquetée «Hommes prenant leur chemin» ou «Man o sphère». Que deviendront les femmes de l'industrie des technologies , où elles font déjà face à des défis importants? «Plusieurs grandes entreprises affirment qu’elles limitent désormais les voyages entre les sexes», a déclaré au Chicago Tribune Johnny Taylor, président de la Society for Human Resource Management, citant des dirigeants qui disaient aux hommes de ne pas partir en voyage d’affaires, avec les femmes collègues. Kim Elsesser, psychologue à l’université de Californie Los Angeles , l’auteur de «Sex and the Office», envisage une «partition des sexes» naissante. Et estime que, si les hommes commencent à s’éloigner des femmes, du moins dans les milieux professionnels, il est difficile de voir comment cela aidera la cause féministe. Les préoccupations des hommes concernant les accusations de harcèlement sexuel sur le lieu de travail n'ont pas commencé avec #MeToo, ou balance ton porc en France, et le mouvement a suscité de nombreuses remises en cause tant au niveau individuel que collectif, a déclaré Chi Nguyen, PDG de Parker P Consulting, de Toronto, qui aide les multinationales, les organisations non gouvernementales et les établissements d’enseignement supérieur à promouvoir l’égalité des sexes sur le lieu de travail. Les conséquences dramatiques de reportages sur le harcèlement sexuel ont amené de nombreux hommes à se demander: "quelle est ma complaisance et que puis-je faire de plus pour empêcher que cela ne se produise", a déclaré Nguyen. Les employeurs, quant à eux, examinent de près leurs politiques d'égalité des sexes. Au Canada, le dernier budget du gouvernement libéral laissait entendre qu’une loi sur l’équité salariale pourrait être adoptée. En Asie, les femmes sud-coréennes ont signalé des cas où des collègues masculins ne voulaient pas travailler avec elles, craignant d'être pris au piège du mouvement contre le harcèlement sexuel.

Selon le quotidien Chosun Ilbo, les employées de bureau ont été soumises à la prétendue «règle de Pence», selon laquelle le vice-président américain aurait pour principe de ne jamais dîner seul avec une femme ou d’assister à un événement où l’alcool est servi sans sa femme.

Les hommes qui défendent la cause de # Metoo, ne sont pas épargnés . En mars 2018, un groupe d'élites hollywoodiennes a signé une lettre ouverte demandant aux hommes de prendre davantage de responsabilités pour créer des lieux de travail sans sexisme. Cette lettre faisait suite au mouvement #MeToo qui avait incité des personnes du monde entier à utiliser les médias sociaux pour attirer l'attention sur la prévalence du harcèlement et des abus sexuels. Les signataires de la lettre se sont engagés à défendre les droits des victimes et à dénoncer ouvertement le sexisme, en lançant ainsi #AskMoreofHim, un mouvement qui souligne le rôle que les hommes jouent dans la prévention de la violence sexiste.

Il semble raisonnable de supposer que les hommes, en particulier ceux qui occupent des postes de pouvoir, ont une position unique pour défendre et soutenir les victimes du sexisme et des abus sexuels. Cependant, des recherches récentes suggèrent que les hommes peuvent être confrontés à des réactions négatives pour avoir pris la parole au nom des autres. Janine Bosak de la Dublin City University et trois de ses collègues ont publié une étude suggérant que les hommes qui assument un rôle de plaidoyer sur le lieu de travail pourraient se voir infliger des sanctions pour s'être opposés à la manière dont on s'attend normalement à ce que les hommes se comportent. Bien que l’étude ne se soit pas penchée sur les hommes qui dénoncent le sexisme en soi, elle suggère fortement que les hommes qui défendent les autres en général peuvent être considérés comme moins compétents.

Les réactions violentes contre les hommes atypiques, posent un grave dilemme à ceux qui croient que les hommes sont essentiels pour lutter contre les inégalités sur le lieu de travail. Nous savons que les hommes, et en particulier les hommes blancs, sont plus susceptibles d’occuper des postes de direction dans divers secteurs. Des mouvements comme #Askmoreofhim (lui exiger plus ) reposent sur l'hypothèse que les hommes seront motivés à défendre les autres s'ils sont suffisamment convaincus de le faire. Cependant, les recherches actuelles suggèrent que les hommes peuvent éviter le plaidoyer afin d'éviter d'être perçus négativement par d'autres.

Lire plus sur www.flashmag.net


9 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved