Search
  • Hubert Marlin

L’argent n’achèterait pas l’amour Les hommes financièrement dépendants trompent davantage leurs é


Si vous dépendez économiquement de votre conjoint, vous aurez plus de chances de le tromper En 2010, une étude présentée lors de la 105e réunion annuelle de l’American Sociological Association, réalisée auprès de quelque 2 800 personnes âgées de 18 à 32 ans, suggère qu’une personne totalement dépendante sur le plan économique de son conjoint est plus susceptible d’être infidèle. C'est particulièrement vrai pour un homme qui dépend financièrement d'une femme. Quinze pour cent des hommes qui sont complètement dépendants financièrement de leur femme, sont infidèles, contre 5% des femmes dépendantes. Il est intéressant de noter que les hommes sont moins susceptibles de tromper plus ils gagnent d’argent par rapport à leur épouse, jusqu’à ce qu’ils rapportent 70% du revenu du ménage, ce qui les rend plus susceptibles de tromper à nouveau.

Les femmes sont également moins susceptibles de tromper plus elles gagnent d'argent par rapport à leur conjoint - mais leur taux d’infidélité ne semble augmenter à aucun moment. Certains penseraient que les gens ne voudraient pas «mordre la main qui les nourrit» pour ainsi dire, mais ce n’est pas ce que ma recherche montre », explique l’auteur de l’étude Christin L. Munsch, professeur de sociologie à l’Université du Connecticut. «Au lieu de cela, les résultats indiquent que les gens aiment se sentir relativement égaux dans leurs relations. Les gens n'aiment pas se sentir dépendant d'une autre personne. " Selon Munsch, au cours d’une année moyenne, il y a environ 5% de chances que les femmes totalement dépendantes de leur mari les trompent, alors qu’il y a environ 15% de chances que les hommes entièrement dépendants de leur femme aient une affaire. Bien que Munsch ait constaté que la dépendance économique augmentait le risque d'infidélité chez les hommes et les femmes, il semble exister un facteur qui rend les hommes qui ne sont pas le principal soutien de la famille encore plus enclins à l’infidélité que les femmes qui ne le sont pas. «Les relations sexuelles extraconjugales permettent aux hommes confrontés à une menace de leur masculinité ; autrement dit, ne pas être le principal soutien de famille, comme le prévoit la culture, d'adopter un comportement culturellement associé à la masculinité», déclare Munsch. «Pour les hommes, en particulier les jeunes hommes, la définition dominante de la masculinité est écrite en termes de virilité sexuelle et de conquête, en particulier en ce qui concerne les hommes moins nantis.

«Les femmes qui gagnent plus que leurs maris remettent en question le statu quo», estime Munsch, qui déclare que les femmes sont moins susceptibles de commettre l’adultère lorsqu’elles gagnent 100% du revenu total du couple. «Des recherches antérieures ont montré que les femmes qui sont le principal soutien de famille sont extrêmement conscientes de la manière dont elles s’écartent des attentes culturelles qui associent les hommes au gagne-pain. Par conséquent, des recherches antérieures ont montré que ces femmes souffraient d’anxiété et d’insomnie accrues et adoptaient ce que les sociologues appellent des «comportements de neutralisation de la déviance». »Par exemple, les femmes qui sont le principal soutien de famille dans leur mariage minimisent souvent leurs réalisations, s'en remettent à leurs époux et accroissent leurs tâches ménagères. «Ce travail émotionnel et physique est conçu pour réduire les conflits interpersonnels et renforcer la masculinité de leur mari», a déclaré Munsch. "Il vise également à garder intactes les relations potentiellement tendues."

Parmi les hommes, ceux qui dépendent totalement de leur conjoint sur le plan économique sont les plus susceptibles de tromper. Cependant, à mesure que l'argent que gagnent les hommes par rapport à leur conjoint augmente, leur risque de commettre l’ adultère diminu jusqu'à ce que leur contribution totale au revenu commun atteigne 70%. Les hommes sont moins susceptibles de tricher lorsqu'ils ramènent à la maison 70% du revenu total du couple. Après 70%, cependant, les hommes risquent de plus en plus de commettre l’adultère «Ces hommes sont conscients que leurs épouses sont réellement dépendantes et peuvent penser que, par conséquent, leurs épouses ne les quitteront pas, même s'ils les trompent», explique Munsch. «Ils pourraient également commettre l’adultère pour rechercher un partenaire qui contribuera plus économiquement à la relation. Un mari qui gagne beaucoup plus que sa femme et a une liaison, comme des célébrités, des athlètes et des politiciens, est régulièrement plus susceptible de tromper que les hommes qui ont des relations où les gains sont égaux, ou lorsqu’ils gagnent un peu plus que leurs femmes.

«Ce qui est surprenant, cependant, c’est que l’augmentation de la probabilité de l’infidélité chez les hommes alors qu’ils gagnent beaucoup plus que leurs épouses est relativement faible par rapport à l’augmentation de la probabilité de l’infidélité chez les hommes qui sont plus économiquement dépendant de leurs épouses.

Il convient également de noter que l’attractivité de la femme peut jouer un rôle dans son revenu moyen. les femmes les moins attirantes semblant toujours mieux réussir à l’école, elles finissent donc par obtenir des emplois hautement rémunérés et peuvent attirer des hommes qui s'il s'intéressent à leur argent ne regarderont pas moins à l’extérieur pour satisfaire leur instinct charnel

En général, la tolérance à la triche varie selon les sexes, alors que l'ADN pourrait être un facteur décisif dans le comportement des infidèles.

Une étude de 2008 publiée dans la revue Interpersonal Relations and Group Processes a révélé qu'après avoir flirté avec une personne séduisante du sexe opposé, les hommes étaient moins tolérants vis-à-vis des transgressions de leur partenaire. Les femmes, en revanche, l'étaient davantage.

De plus en plus de recherches suggèrent que certaines personnes sont plus susceptibles d’être infidèles, selon leur biologie, avec des hormones comme la vasopressine et l’ocytocine qui joueraient un rôle clé.

Par exemple, une étude de l’University of Queensland Australie, publiée dans la revue Evolution and Human Behavior, a révélé que l’infidélité était plus fréquente chez les personnes possédant des types spécifiques de gènes récepteurs de l’ocytocine et de la vasopressine.

Comme Richard Friedman, professeur de psychiatrie clinique au Weill Cornell Medical College, l'a expliqué dans le New York Times, la vasopressine est une hormone liée aux comportements sociaux, notamment la confiance, l'empathie et les rapports sexuels. Libérée directement de l'hypothalamus dans le cerveau, elle aurait, selon certaines études, un rôle important dans le comportement social, la motivation sexuelle, la création de liens de couple et la réaction maternelle au stress. L'ocytocine, principalement sécrétée par les femmes est normalement produite par le noyau paraventriculaire de l'hypothalamus et libérée par l'hypophyse postérieure. Elle joue un rôle dans les liens sociaux, la reproduction sexuée, ainsi que pendant et après l'accouchement. L'ocytocine est libérée dans le sang en tant qu'hormone en réponse à l'étirement du col de l'utérus et de l'utérus pendant le travail. Elle aide à la stimulation des mamelons pour l'allaitement. A la naissance, l’ocytocine aide à l’instinct maternelle qui renforce les liens avec le bébé et stimule la production du lait.

Selon les résultats de cette étude, 40% des cas d'infidélité chez les femmes et 62% chez les hommes concerneraient la génétique. D'autres études confirment que l'ocytocine et la vasopressine sont liées à l’attachement aux partenaires, ce qui a une incidence sur la question de la promiscuité puisque le lien émotionnel est, dans un sens, l'inverse de la promiscuité. Hasse Walum de l’Institut Karolinska de Stockholm a constaté que chez les femmes, mais pas chez les hommes, il existait une association significative entre une variante du gène récepteur de l’ocytocine, et la discorde conjugale et le manque d’affection du partenaire. En revanche, il existait une corrélation significative chez les hommes entre une variante spécifique du gène du récepteur de la vasopressine et une mauvaise relation conjugale du conjoint.

lire plus sur www.flashmag.net


21 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved