Search
  • Hubert Marlin

Amour, égalité, liberté, féminisme


Pour les féministes, le romantisme dans les médias ou la culture est de la dope pour le dupe, un moyen de soumettre les femmes à la soumission, tandis que pour les autres défenseurs de la liberté, l'égalité des sexes signifie vivre une relation pacifique et équilibrée.

Les relations amoureuses hétérosexuelles ont toujours été axées sur les hommes qui courtisent et « entretiennent » les femmes. Et c'est une tradition puissante. Qu'il s'agisse de demander à sortir avec une femme, de payer la facture ou d'être le principal soutien de la famille, beaucoup d'idées sur la romance reposent toujours sur des hommes qui sont des initiateurs et des directeurs et des femmes qui reçoivent et acquiescent.

Certaines femmes comprennent ce droit codé dans l'ADN masculin, qui se manifeste par désir profond de chasser, de se mettre ensemble et de subvenir à ses besoins. Quand un monsieur offre d'acheter un dîner à une femme, c'est sa façon de chasser et de subvenir à ses besoins. Si elle rejette ce cadeau quand il est offert, elle le rejette et lui enlève l'opportunité de remplir le rôle pour lequel il est né. Une partie de l'ADN masculin clame l'instinct primordial qui lui ordonne de protéger sa femme, ne pas lui manquer de respect ou lui donner le sentiment de faiblesse.

Dans la même ligne de devoir, la désuète chevalerie, bien connue chez des peuplades tout aussi éloignées comme les Ekangs de l’Afrique équatoriale où elle est appelée Andoman, est le respect et la courtoisie d'un homme envers une femme. Livrés de façon authentique, ces petits gestes de gentillesse sont des attentions romantiques, pour montrer à une femme qu'elle compte. Même une femme forte et indépendante apprécie qu'on la soigne de cette façon. Pendant ce temps, beaucoup ne comprennent pas la différence entre la chevalerie et le chauvinisme. Les chauvins croient que les hommes sont supérieurs aux femmes. Ils supposent que les femelles sont inintelligentes, superficielles, nécessiteuses, égoïstes et incapables. Le chauvinisme est une forme de misogynie qui n'a absolument rien à voir avec la chevalerie, mais qui équivaut seulement à la misandrie, cette haine des féministes radicales envers tout ce qui touche à la virilité ...

La société change. Les femmes entres de plus en plus dans les « domaines masculins» exerçant des emplois à grande autorité, tout en usant de la liberté sexuelle. Aussi de nombreuses femmes peuvent se sentir rabaissées par ces actes de gentillesse des hommes, sans être ouvertement contre les hommes et leur virilité.

La conception la plus populaire du féminisme a tendance à réduire les féministes en tant qu'anti hommes ou lesbiennes (malheureusement c'est le courant qui a été le plus exprimé), aussi il est facile de comprendre pourquoi beaucoup de gens considèrent l'égalité des sexes comme incompatible avec le romantisme. .

Beaucoup de femmes avec des tendances féministes ont même remis en question l'existence de l'amour et son danger pour la liberté des femmes. La critique féministe radicale a fondamentalement remis en question l'association de l'amour à la liberté. Les féministes ont fait valoir que, en particulier pour les femmes, «tomber amoureuse» est plus susceptible de conduire à un abnégation dommageable. Un point de repère dans l'analyse féministe est apparu en 1949 avec la publication de Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. De Beauvoir a soutenu que l'amour romantique est idéologique, puisqu'il aide à reproduire et à maintenir des formes de conscience genrées qui sous-tendent les sociétés patriarcales. L'analyse féministe radicale de l'amour a de nombreux aspects, y compris une critique acerbe sur la privatisation et de l'individualisme. On a fait valoir qu'une fois que les énergies des femmes se concentrent sur le projet exclusif de «notre relation», elles perdent de vue leur situation politique et sociale plus large.

Traditionnellement, la route principale des femmes vers le statut et l'influence consistait à attirer des partenaires romantiques de haut niveau. Mais tandis que le mouvement pour l'égalité des sexes a changé les choses, les scénarios culturels sur la romance ont réduit le rôle social des femmes et continuent à le faire.

Pendant ce temps, les chercheurs ont également remarqué que les scénarios hétérosexuels de la romance deviennent plus égalitaires au fil du temps. Sous l'impulsion du mouvement pour l'égalité, les femmes adoptent de plus en plus des rôles actifs dans l'initiation à la romance et affichent des comportements sexuels plus dominants.

A partir de ces évolutions de la société, de plus en plus, certaines femmes se définissent comme fortes, indépendantes et autosuffisantes, ne choisissent pas d'aimer les hommes parce qu'elles en ont besoin comme outil de support. Elles choisissent d'aimer un homme qu'elles voient comme un égal. elles adorent la façon dont ils leur permettent d'être elles-mêmes. En réponse, les hommes sont honorés de savoir qu'ils ont été acceptés, même choisis. Reconnaissant, le vieil adage qui stipule que vous ne pouvez séduire qu’une femme qui veut être séduite.

Paradoxalement, beaucoup d’hommes défendent l'égalitarisme dans les relations et l'une des nombreuses raisons qu'ils citent est que l'approbation des scénarios culturels traditionnels de la romance impose un lourd fardeau aux hommes et équivaut parfois à valider tous les mauvais traitements subis par les femmes, une femme au foyer doit se tuer aux tâches ménagères sans l’aide de son mari. Dans une société où les femmes obtiennent de meilleures opportunités, il devrait être normal qu'elles règlent aussi la facture et travaillent avec leur partenaire pour construire une relation où elles partagent les devoirs et des obligations.

Les progressistes estiment que le fait d'avoir à « se comporter » selon les scénarios traditionnels limite les expressions de l'individualité et des comportements, ce qui rend plus difficile le développement de la vraie intimité chez deux personnes en relation, qui peut mener à des relations plus stables parce qu'elle favorise des modèles de communication plus positifs.

La notion d'égalité facilite le partage des responsabilités pour résoudre les conflits, plutôt que de placer ce fardeau sur un partenaire en raison de son sexe, et peut conduire à des styles de communication plus expressifs qui profitent à la relation.

En conclusion, il est important de noter que les droits et les devoirs ne signifient pas la similarité entre les sexes, car les considérations concernant la physiologie, les capacités individuelles et les préférences doivent être reconnues. L'idée féministe de dépouiller les hommes de leur façon d’exprimer l’amour est-elle la bonne chose à faire ? Est-il temps de dire aux hommes d'arrêter d'ouvrir les portes des voitures, d'acheter des fleurs, de protéger leurs familles parce que les femmes sont maintenant indépendantes et peuvent se protéger ?

La vérité est que les femmes ne peuvent pas vraiment se protéger sans le concours du reste de la société qui édite des lois et des règles, et changer la société pour remplacer le patriarcat par le matriarcat avec les mêmes maux ne fera que compliquer d’avantage les choses. De plus, malgré toutes les théories, il y a une théorie qui prouve que même les plus féministes de l'histoire moderne quand elles n'étaient pas lesbiennes ont toujours eu des amours avec des partenaires du sexe opposé. (Simone de Beauvoir fut la compagne de Jean Paul Sartre) Si les relations humaines peuvent être codifiées, l'amour ne peut pas être légiféré.

Lire plus sur www.flashmag.net


0 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved