Search
  • Hubert Marlin

Messianisme et populisme en Afrique la nouvelle panacée du néocolonialisme


La colonisation, l’esclavage et la suprématie blanche qui la vivifie, ont posé les bases du présent et du futur de l’Afrique. L’impérialisme occidental qui depuis s’est adapté à toutes les époques prouve qu’il est pensé et appliqué par une entité qui est en avance sur son temps. Ayant même l’audace de créer un temps, qu’elle s’est efforcée à maîtriser avec les projets d’ingénierie sociale, qui sont loin d’être une fiction qui irait grossir les rangs de la littérature conspirationniste déjà assez abondante. Quand on prend le temps de penser rationnellement c’est-à-dire en chamboulant ce que l’on croit savoir, le sentiment que l’on éprouve en général est d’accuser ses propres élucubrations fantaisistes, pourtant les faits quotidiens sont là, ils crient à nos faces qu’il n’y a pas d’horloge sans horloger. Sans verser dans le fatalisme croyant qui renverrait au bon vouloir d'un dieu qui aurait décider de faire subir à la populace noire mondiale tout genre de revers, comme épreuve pour sa rédemption future, l’observateur averti se rend très vite compte que l’histoire en Afrique, et en ce qui concerne la diaspora noire mondiale se répète bien trop souvent. Aussi on est en droit de comprendre que si à cause du lien de causalité les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, c’est forcément que les mêmes causes se répètent chaque fois pour produire les mêmes effets. C’est pourquoi il est plus aisé de comprendre que ce n’est plus simplement l’histoire qui se répète, mais c’est simplement ceux qui influencent l’histoire, qui depuis utilisent les mêmes méthodes pour avoir les mêmes résultats.

Les tenants de la colonisation et de l’esclavage qui se matérialisa en plus de 500 ans de pillage à travers le monde se sont offert un butin colossal qui leur a permis d’investir dans les sciences aussi bien paranormales que physique, en plaçant l’homme au cœur de la société qu’ils s’efforcent depuis de contrôler. Par des stratagèmes aussi ingénieux, que sordides ils ont réussi a pérenniser leur emprise sur la société. De nos jours il est difficile qu’un simple fait leur échappe surtout quand il en vient aux faits qui remettraient en question leur leadership sur la gestion des affaires du continent Africain . Ce n’est pas un paradoxe mais un plan bien ourdi à l’avance. Aussi lorsque dans les années 90 l’occident réclame la démocratie à l’Afrique, c’est par ce qu’il fallait faire appliquer l’autre phase du programme qui prévoyait leur retour aux affaires en Afrique après la trêve de la guerre froide.

Paradoxalement 30 ans plutôt l’occident colonialiste avait cru bon d’assassiner tous les démocrates et activistes africains qui avaient réussi malgré tout à faire tomber le colonialisme dans sa forme la plus abjecte à savoir la destruction du code de l’indigénat qui avait son équivalent dans les Amériques, avec les lois ségrégationnistes des Jim Crow Laws. Dans les années 60, faisant face à un nouveau défi qui contestait sa suprématie aussi bien dans les Amériques que dans les colonies, la suprématie blanche imposa au peuple noir une assimilation dans le système qu’il contrôlait déjà, c’est ainsi que les luttes légitimes des population en Afrique et en Amérique seront détournées de leur objectif principal. Appliquant le principe selon lequel pour tuer une idéologie ont la remplace par une autre qui la ressemble, sans être-elle.

Si au Cameroun par exemple l’UPC qui combattait pour une indépendance totale du pays sera muselée et remplacée par une horde d’indépendantistes assimilationnistes qui continuent de gérer les affaires du pays sous la férule des forces coloniales ; aux Etats-Unis suivant le même principe, l’autodétermination des peuples prendra un nom. l’acquisition des droits civiques et l’intégration dans l’Etat Raciste que sont les Etats-Unis, tandis que certaines voix qui réclamaient une réparation de l’esclavage en redistribuant les terres aux noirs et en leur permettant de vivre dans des états libres seront muselées. Le projet de Booker T Washington sera renvoyé aux calendes grecques tandis que Martin Luther King deviendra l’homme providentiel, car il permettait que les idées d’assimilation et de domination de la suprématie blanche se pérennisent, et même le sacrifice suprême qu’il aura payé entrait en droite ligne de son contrat avec les forces ombrageuses de la suprématie blanche. Aussi s’il reste si célèbre dans un pays qui reste si raciste, c’est bien que quelque part il aura servi la cause des Etats-Unis impérialiste, par l’assimilation rêveuse qui a permis la non création d’un état Afro américain libre. En Afrique on a plus besoin de rappeler que les indépendances furent factices. Si les colons se sont retirés des terres ils n’ont pas moins continué à exploiter les territoires des pays. Un stratagème qui a prouvé être bien plus rentable car en se retirant des colonies et en les exploitant les forces coloniales ont réalisé une politique de parfaite ségrégation profiteuse, en laissant les nègres cultiver leur plantation d’Afrique, tout en tirant simplement les profits et en changeant de temps en temps des contremaîtres de plantation qui avaient des velléités de tendresse envers leurs administrés indigènes . Ce paradigme de profit ségrégationniste est allégorique dans la vision de cette métropole qui comme dans le roman ville cruelle de l’écrivain mongo Béti est donc devenu ce Tanga nord ou ne vivent que les blancs, alors que Tanga sud reste cette Afrique qui besogne pour le maitre blanc tout en ployant sous des souffrances extrêmes.

La mer quand a-t-elle qui sépare Tanga nord de Tanga sud est ce filtre qui empêche à certains d’aller au paradis de Tanga nord, qui est l’occident impérialiste.

La propagande occidentale au cours des 50 dernières années a été poussée au paroxysme, tant bien que tout ce qui devrait marcher sous les tropiques devrait avoir l’estampille du colon. Aussi lorsque les leaders d’opinion veulent se frayer un chemin dans la masse noire des tropiques, leur background occidental en général est un atout que le colon se garde souvent d’exposer admonestant même des agents de sa propagande. Bardés de diplômes obtenus dans des institutions occidentales, un brillant orateur venu des berges de la seine ou de la Tamise aura toujours plus de chance de subjuguer la foule africaine, formatée souvent malgré elle, à des idéaux occidentaux. Ces personnalités agents ou pas des réseaux néocoloniaux, contribuent à pérenniser dans l’imaginaire local, que tout ce qu’il y a de mieux ne peut venir que l’occident que l’on sait pourtant être l’ennemi congénital. De même, dans la logique de la confection des femmes et des hommes publics, il y a une certaine omerta contre les élites noires qui ne sont pas acquises à la cause de la suprématie occidentale. Et le colon d’hier, néo impérialiste d’aujourd’hui a su trouver la panacée miracle. Promouvoir une caste de bouffons pour contrer la communauté d’intellection ou de personnes civiles compétentes dans plusieurs domaines. C’est ainsi par exemple qu’en Afrique un Kemi Seba dont le parcours reste très flou sera à la une de tous les journaux occidentaux, alors qu’Amzhat Boukhari éminent intellectuel qui maitrise mieux le panafricanisme fera rarement la une de la presse occidentale. En créant les leaders qu’elle se sait capable de descendre quand bon lui semble la suprématie occidentale s’octroie un pouvoir conséquent sur les orientations de la lutte légitime des populations opprimées.

L’expérience a souvent prouvé que la personnalisation allégorique d’un mouvement ou d’une lutte est souvent désastreuse à la survie des groupes de pression ou lobbies, une fois que les leaders succombaient de manière naturelle ou criminelle. Le culte de la personnalité ne laisse pas survivre les idées nobles. Le messianisme est la lèpre du progrès dans les tropiques. Cette endémie a été sournoisement implantée dans la société africaine pendant l’esclavage et la colonisation. Aussi à cause de cette culture du déni de soi, en attente de l’homme providentiel le colon a réussi a créer une masse de fainéants qui espèrent un jour que quelqu’un doté de pouvoirs surnaturels, viendrait venger les peines qui leurs sont infligées par l’injustice du monde blanc. En même temps dans une approche plus matérialiste l’homme blanc s’est dans la même veine, substitué au christ rédempteur qui lui seul aurait la solution pour sortir l’Africain de la mouise dans laquelle il se trouve. Au final toute initiative qui n’a pas l’onction blanche sous les tropiques est voués à l’échec. Les présidents qui ont connu les plus longs règnes en Afrique sont ceux qui ont réussi à imprimer leurs mandats dans cette logique d’omnipotence et de messianisme comme ce fut le cas avec Omar Bongo au Gabon, ou Paul Biya au Cameroun qui depuis plus de 35 ans règne sans partage à Yaoundé, cultivant la personnalité de ce dieu invisible qui frappe de temps en temps pour faire savoir qu’il existe et qu’il sait et voit tout. Pas étonnant que même ses plus virulents opposants en ont souvent appelé à son action y compris pour leur laisser la place aussi de diriger le pays.

Au demeurant le culte de la personne et le messianisme devrait être abandonnée définitivement car il est aberrant d’octroyer tout ce que l’on se défend à un homme qui en définitive s’en fout royalement de vous. Les africains n'ont pas besoin de Messies mais de savoir, pour être capable de relever les défis du présent et du future. La chair est faible les hommes meurent ou trahissent mais les idéaux nobles restent immuables, toujours propres car ils ont trait à la justice au progrès social et à la liberté des peuples. Des donnes qui sont intrinsèques a tout être humain. C’est pourquoi il faut être propre pour porter ces idées propres. Aussi, il serait temps d’arrêté de penser que lorsque c’est propre il faut salir parce que le jeu boueux qu’est la politique politicienne permettrait tous les écarts de conduite possibles. Un peuple fort dans la connaissance et la culture politique n’aura jamais besoin de leader forts pour le mené à la baguette, et mieux il ne tolèrera jamais que la fourberie souille sa cité.

Hubert Marlin

Journaliste


44 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved