Search
  • Hubert Marlin

La Géo ingénierie : Manipulation artificielle du climat


Bidouiller l'atmosphère pour provoquer de la pluie peut sembler si bizarre que cela appartient à un avenir dystopique, comme ce monde imaginaire difficile voire impossible à vivre décrit par Orwell dans 1984. Mais en réalité, cela n'a rien de neuf. La science de l'ensemencement des nuages date des années quarante. Le chimiste américain Vincent Schaefer fut l’un des pionnier . Dans les années d'après-guerre, les expériences de création de pluie étaient répandues de part et d'autre de l'Atlantique. Ils ont atteint un zénith lors de la guerre du Vietnam lorsque le gouvernement des États-Unis aurait mené l’ Opération Popeye. Une opération top secret qui avait pour objectif, la tentative d'extension de la saison des moussons par l'ensemencement des nuages dans l'espoir de noyer les Viêt-Cong dans des pluie interminables .

John Thornes, professeur émérite de météorologie appliquée à l'Université de Birmingham, se souvient de ces expériences de pluie des années 1960. "Il y avait beaucoup d'entreprises en Amérique du Nord", dit-il, "et leur intention était de faire la pluie. Cela s’est souvent terminée avec des procès . les agriculteurs poursuivant des entreprises, car on leur avait promis de la pluie qui n’était jamais venue. Finalement, le gouvernement des États-Unis a été obligé de procéder à des recherches plus appropriés. Ils ont découvert qu'il y avait effectivement une meilleure chance de diminuer les précipitations que de les augmenter. ", Il s'est avéré que les scientifiques avaient mal compris l'effet de l'iodure d'argent. Bien qu'il ait induit les cristaux de glace, les gouttes d'eau tombées des nuages ensemencés étaient souvent si petites qu'elles s’ évaporaient avant d'atteindre la terre. Au lieu du déluge anticipé, l'iodure d'argent dispersait les gouttes de pluie. Dans les années quarante, les scientifiques avaient déjà compris que la capacité de prévenir la pluie - était également utile. Pendant des années, le gouvernement russe a utilisé cette science dans le cadre de son programme de contrôle météorologique bien connu. Les Russes ensemencent des nuages pour assurer un ciel brillant pour leurs trois principales célébrations de l'année: le Jour de la Victoire, le Jour de la Ville et la Journée de la Russie. Les Chinois l'ont fait aussi. Ils ont tiré 21 roquettes d'iodure d'argent dans le ciel de Pékin le 8 août 2008, quatre heures avant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. Et la pluie ne fut pas au rendez-vous.Cependant, le danger de modifier la météo soulève des inquiétudes liées à l’éthique et à l’effet domino. La tentative de l'homme dans l'ingénierie du climat de la Terre et des systèmes de soutien de la vie est l'effort le plus destructeur et mortel jamais lancé par le complexe industriel militaire et les gouvernements mondiaux. La géo-ingénierie doit être considérée comme la guerre météorologique et biologique en raison de la liste sans fin d'impacts et d'effets catastrophiques en aval. Les programmes d'intervention climatique sont mathématiquement la menace la plus grande et la plus immédiate dont nous sommes confrontés collectivement. Une espèce de cataclysme nucléaire. La capacité de créer de la pluie finit toujours par créer une période de sécheresse mortelle dans une autre partie du monde, car la nature abhorre le déséquilibre.La réduction de la chaleur est actuellement plus pratique, car elle peut se faire de plusieurs façons, et toutes impliquent soit de bloquer la chaleur du soleil d'entrer dans l'atmosphère de la Terre, soit de permettre à la chaleur issue de la Terre de se propager dans l'espace. Pour bloquer la chaleur, les injections de soufre sont probablement les plus susceptibles de résultats probants . «Il répand et réfléchit le rayonnement solaire dans l'espace», explique Ulrike Niemeier, un scientifique climatique à l'Institut Max Planck pour la météorologie, et co-auteur d'un article sur la technologie de géo ingénierie et ses risques. Le concept provient d'éruptions volcaniques. Les grands volcans en eruption envoient du dioxyde de soufre dans la stratosphère, déclenchant des événements temporaires de refroidissement global.Après l'éruption du mont Pinatubo en 1991, les scientifiques ont mesuré 17 millions de tonnes de dioxyde de soufre supplémentaire dans l'atmosphère. L'hémisphère nord a refroidi d’à peu près 0,5 ° à 0,6 ° C à la suite.Par rapport à l'élimination du carbone, l'injection de soufre n'est pas si difficile. La technologie de base existe déjà : les avions long courrier sont capables de disperser des tonneaux de soufre dans la stratosphère. Le vol d’un avion de la compagnie américaine Delta Airlines à St Martin pendant que le cyclone Irma était annoncé, et ce malgré que le ciel avait été fermé prête à confusion, cet avion avait-il pour objectif d’ensemencer les nuages des environs pour rendre la tempête plus forte ? Depuis un certain temps les avions ont été accusés de propager les chemtrails dans l'atmosphère pour contrôler les intempéries. Pendant ce temps, des difficultés surviennent lorsque l'on considère l'échelle à laquelle vous devriez déployer ces jets afin d'obtenir un refroidissement significatif. Niemeier et son co-auteur estiment que 1 ° C de refroidissement nécessiterait 6 700 vols par jour. Au cours d'une année, cela coûterait environ 20 milliards de dollars. C’est pourquoi les avions de lignes commerciaux qui sont des milliers à parcourir la planète tous les jours sont accusées de prendre part à ce stratagèmeLes produits chimiques les plus communs utilisés pour l'ensemencement des nuages comprennent l'iodure d'argent, l'iodure de potassium et la glace carbonique (dioxyde de carbone solide). Le propane liquide, qui se transforme en gaz, a également été utilisé. Cela peut produire des cristaux de glace à des températures plus élevées que l'iodure d'argent.

Après des recherches prometteuses, l'utilisation de matériaux hygroscopiques, comme le sel de table, devient de plus en plus populaire. Lorsque l'ensemencement des nuages est effectué avec succès, une chute de neige accrue a lieu lorsque les températures dans les nuages se situent entre 19 et -4 ° F (-7 et -20 ° C). L'introduction d'une substance telle que l'iodure d'argent, qui a une structure cristalline similaire à celle de la glace, induit une nucléation de congélation. Dans les nuages de mi-altitude, la stratégie habituelle d'ensemencement a été basée sur le fait que la pression de vapeur à l'équilibre est plus faible sur la glace que sur l'eau. La formation de particules de glace dans des nuages super-refroidis permet à ces particules de se développer au détriment des gouttelettes liquides. S’il y a suffisamment de croissance, après ensemencement, alors les particules deviennent assez lourdes pour tomber comme des précipitations provenant de nuages qui autrement ne produiraient aucune précipitation. Ce processus est connu sous le nom d'ensemencement "statique". L'utilisation de nuages de saison chaude ou tropicale (convective) vise à exploiter la chaleur latente dégagée par le gel. Cette stratégie d'ensemencement «dynamique» suppose que la chaleur latente additionnelle ajoute de la flottabilité, renforce les accélérations, assure une convergence plus faible et entraîne une croissance rapide des nuages correctement sélectionnés. Les produits chimiques d'ensemencement clairs peuvent être dispersés par avion ou par des dispositifs de dispersion situés au sol. (générateur ou explosifs tirées par des fusils ou des fusées antiaériennes). Pour être diffusés par avion, les bombes d'iodure d'argent sont enflammées et dispersées alors qu'un avion vole à travers l'afflux d'un nuage. Lorsqu'ils sont relâchés par des dispositifs au sol, les particules fines sont transportées par le vent et vers le haut par des courants d'air .Un mécanisme électronique a été testé en 2010, lorsque les impulsions laser infrarouges furent dirigées vers l'air au-dessus de Berlin par des chercheurs de Genève. Ces chercheurs ont affirmé que les impulsions encourageraient le dioxyde de soufre atmosphérique et le dioxyde d'azote à former des particules qui agiraient alors comme des graines de semence. C’est le même processus que le projet HAARP, est soupçonné d'utilisé dans les recherches financé par les gouvernement occidentaux. Le Programme de recherche auroral actif à haute fréquence (HAARP High Frequency Active Auroral Research Program ) était un programme de recherche ionosphérique financé conjointement par l'US Air Force, la marine américaine, l'University of Alaska Fairbanks et l'Agence de défense des projets de recherche avancée (DARPA), conçue et construite par BAE Advanced Technologies (BAEAT). Son but était d'analyser l'ionosphère et d'étudier le potentiel de développement d'une technologie d'amélioration ionosphérique pour les communications radio et la surveillance. Le programme HAARP exploitait une installation majeure sous-arctique, appelée la station de recherche HAARP, sur un site appartenant à l'armée de l'air près de Gakona, en Alaska. Si officiellement le programme fut arrêté en 2013, rien ne prouve que les résultats de ses expériences ne soit pas utilisé dans le domaine de la géo ingénierie. HAARP a été accusé de rediriger les ondes radio suffisamment fortes pour provoquer des tremblements de terre et d'autres catastrophes naturelles à n'importe quel point et cible sur Terre en raison de la matrice progressive. Si la géo ingénierie ne peut plus se limiter au champ de la conspiration, il est important de noter que les choses pourraient finir très mal pour des raisons insondables. Tout à coup, le refroidissement de la planète pourrait détraquer la météo partout dans le monde. Cela pourrait interrompre la mousson annuelle de l'Inde. Les modèles de vent du globe pourraient changer complètement. Le vol constant et long des avions dans la stratosphère augmenterait le dioxyde de carbone dans l'atmosphère, libérant de la chaleur piégée et empoisonnant les océans. Les défis techniques de la géo ingénierie sont minimes par rapport aux défis auxquels les gouvernements sont confrontés lorsqu'ils faut décider quand, si et comment déployer ces technologies. Le plus grand souci de tous est qu'un pays désespéré, ou un groupe de pays, pourrait décider de faire de la géo ingénierie tout seul. "Imaginez si quelqu'un commence à faire voler des avions pleins de poussière de soufre dans l'atmosphère, et que la mousson de l'Inde soit en retard. Ce serait une crise géopolitique qui affamerait des centaines de millions d’individus ", explique Janos Pasztor, directeur exécutif de l'Initiative de gouvernance de la géo-ingénierie de Carnegie et coauteur d’ un autre document scientifique, celui-ci répond spécifiquement aux implications politiques suscitées par la manipulation du climat. Il y a aussi la question des risques locaux et régionaux: que se passerait-il si une partie du monde subissait plus d'effets secondaires de la géo-ingénierie que tout le monde?Ensuite, il y a une chose appelée l'effet de résiliation. une fois que vous commencez la géo-ingénierie, vous ne pouvez plus vous arrêtez. "Si vous vous arrêtez subitement, la température rebondi au degre qu’elle aurait dû etre pour compenser, et ce sera catastrophique", explique Pasztor. Et le plus urgent est dans l’éthique qui considère la façon de mener des recherches sur les technologies de géo ingénierie. Parce que vous avez essentiellement besoin d'utiliser la planète terre comme laboratoire.Et pire modifier les vibrations qui entourent la terre par les procédés comme HAARP qui affecte les fréquences électromagnétiques affectera indubitablement l’homme qui lui émet aussi des fréquences qui doivent concorder avec les fréquences naturelles de son environnement c’est pourquoi il est capable de vivre sur terre. Au cours des 60 ans et plus, qui suivent les premiers essais sur la semence de nuages, des progrès substantiels ont été réalisés dans la compréhension des processus naturels qui reflètent notre climat quotidien. Aux États-Unis, l'ensemencement des nuages est utilisé pour augmenter les précipitations dans les zones en pleine sécheresse, pour réduire la taille des grêlons qui se forment dans les orages et pour réduire la quantité de brouillard dans et autour des aéroports. Au cours de l'été 1948, la ville habituellement humide d'Alexandrie, en Louisiane, sous le maire Carl B. Close, a semé un nuage de glace sec à l'aéroport municipal pendant une sécheresse; Des chutes de pluie de 0,85 pouce (21.59 millimètre) ont été observées . L’ensemencement en continu est occasionnellement utilisé par les principales stations de ski pour provoquer des chutes de neige. Onze pays occidentaux et une province canadienne (Alberta) ont des programmes opérationnels de modification de la météo. En janvier 2006, un projet d'ensemencement des nuages de 8,8 millions de dollars a débuté au Wyoming pour examiner les effets de l'ensemencement des nuages sur les chutes de neige sur les cordillères de Medicine Bow, Sierra Madre et Wind River du Wyoming.

De nos jours Plusieurs sociétés commerciales proposent des services de modification de la météo centrés sur l'ensemencement des nuages. Ils vendent leur service à prix d’or aux émirs du moyen orient et au bourgeois occidentaux qui veulent des jours radieux lors de leur mariage par exemple. A son époque l'Union soviétique avait créé une version spéciale l’avion Antonov An-30, le nettoyeur du ciel An-30M, avec huit récipients de dioxyde de carbone solide dans la zone de cargaison plus des gousses externes contenant des cartouches météorologiques qui pouvaient être tirées dans des nuages . Les pilotes militaires soviétiques ont semé des nuages sur la Biélorussie après la catastrophe de Tchernobyl pour éliminer les particules radioactives des nuages en direction de Moscou. L'ensemencement complet a commencé en France dans les années 1950 dans le but de réduire les dégâts de la grêle sur les cultures. Le projet ANELFA comprend des agences locales agissant au sein d'une organisation à but non lucratif. Un projet similaire en Espagne est géré par le Consorcio por la Lucha Antigranizo de Aragon. Le succès du programme français a été soutenu par des données d'assurance; celle du programme d'espagnol par les études menées par le ministère espagnol de l'agriculture. En Afrique, au Mali, l'ensemencement des nuages est également utilisé à l'échelle nationale.

En 1985, le gouvernement marocain a commencé avec un programme d'ensemencement de nuage appelé «Al-Ghait». Le système utilisé au Maroc en 1999, a également été utilisé entre 1999 et 2002 au Burkina Faso et à partir de 2005 au Sénégal.


62 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved