Search
  • Hubert Marlin

Les États-Unis d'Amérique ont entamé le processus de sortie des Nations Unies


Une proposition de résolution du parlement permettrait aux États-Unis de se retirer de l'Organisation des Nations Unies.

Le projet de loi HR 193 intitulé "La loi sur la restauration de la souveraineté américaine de 2017" est parrainé par le représentant Mike Rogers un républicain de l'Alabama . Le projet de loi a été présenté à la Chambre basse des représentants le 3 janvier et renvoyé à la Commission des Affaires étrangères, selon le site Web du Congrès.

Le projet de loi propose que les États-Unis mettent fin à leur adhésion à l'Organisation des Nations Unies, et que l'ONU retire son siège des États-Unis et que les États-Unis cessent de participer à l'Organisation mondiale de la santé.

Si elle était adoptée, la loi entrerait en vigueur dans deux ans après sa signature. Le projet de loi a été discrètement introduit le 3 janvier et a été transmis au Comité des affaires étrangères de la Chambre. Il abrogerait également la Loi de 1945 sur la participation des américains aux Nations Unies. une loi qui avait été signée après la Seconde Guerre mondiale. Selon le texte de HR 193.

«Le Président devra mettre fin à toute adhésion des États - Unis aux Nations Unies dans tout organe, institution spécialisée, commission ou autre organe officiellement affilié à l 'Organisation des Nations Unies ... La Mission des États - Unis auprès de l' Organisation des Nations Unies est close. toutes fonctions restantes de ce bureau ne seront pas exercées ",

Le projet de loi propose de couper le financement des Nations Unies sur la résolution contre la construction des nouvelles colonies Israéliennes dans les territoires occupés. Le projet de loi interdit également «l'autorisation de fonds pour la contribution évaluée ou volontaire des États-Unis aux Nations Unies», qui comprendrait également toute dépense militaire ou de maintien de la paix, l'utilisation de l'armée américaine par l'ONU et la perte de «l'immunité diplomatique pour Officiers ou employés de l'ONU "sur le sol américain.

le parlementaire Mike Rogers avait essayé de passer le même projet de loi en 2015, sans succès.

«Pourquoi le contribuable américain devrait-il financer une organisation internationale qui travaille contre les intérêts des États-Unis dans le monde?» Demanda Rogers à l'époque en défense de son idée.

"Le temps est venu de restaurer et de protéger la souveraineté américaine et de sortir de l'ONU".

Un autre partisan du projet de loi HR 193, Rand Paul sénateur républicain du Kentucky l'a également dit en janvier 2015: «Je n'aime pas payer pour quelque chose qui permet au pays tiers du tiers monde sans liberté de nous attaquer tout en se plaignant des États-Unis ... Il y a beaucoup Des raisons pour lesquelles je n'aime pas l'ONU, et je pense que je serais heureux de la dissoudre ", a ajouté le sénateur du Kentucky.

Plus tard, en juin 2015, Rogers avait présenté son document - alors appelé HR 1205, avec la même idée du USEXIT qu'il propose maintenant.

«L'ONU continue de prouver qu'il s'agit d'une bureaucratie inefficace et d'un gaspillage total des impôts américains.» Rogers a ensuite cité les traités et les actions qu'il affirme «attaquent nos droits en tant que citoyens américains». Il s'agissait notamment des dispositions relatives aux armes à feu, de l'imposition de règlements internationaux sur les combustibles fossiles américains, mais surtout de l'attaque des Nations Unies contre Israël en votant pour accorder à la Palestine le statut d'observateur permanent des États non membres.

"Quiconque n'est pas un ami de notre allié Israël n'est pas un ami des États-Unis." Le projet de loi visant à réduire le financement a été introduit peu de temps après que le Conseil de sécurité de l'ONU ait voté 14 contre 0 une résolution rendant illégales la poursuite de la construction de colonies israéliennes. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a considéré comme étant une trahison des États-Unis, L'attitude soudainement critique de Barack Obama envers Israël à la fin de sa présidence.

Pourtant, le vote de la résolution intervint la même année au cours de laquelle l'administration Obama a accordé à Israël le plus grand paquet d'aide militaire jamais attribué , signant un protocole d'entente en septembre qui lui donnerait 38 milliards de dollars sur 10 ans. Si l'Amérique sort des Nations Unies, elle perdra certainement un de ses meilleurs atouts qui, depuis 75 ans, a aidé le pays à imposer sa vision dans le monde entier. Les souvenirs du conseil de sécurité sur la guerre en Irak ou en Libye sont encore livides dans l'esprit de la populace mondiale. Si aujourd'hui les États-Unis estiment que l'ONU doit être démantelée parce qu'ils perdent de l'emprise sur l'organisation, il faut rappeler que le but principal des Nations Unies créé après la Seconde Guerre mondiale n’était pas de servir les Etats-unis mais de servir la paix dans le monde.

L''intitulé de la loi introduite par un spécialiste du renseignement héritier de l'aile dure guerrière des Etat Unis, en soulignant le terme souveraineté peut être compris dans les deux sens. Les Etats-unis désormais pourraient attaquer n'importe quel pays dans le monde sans s’embarrasser des longues séances du conseil de sécurité des Nations Unies, ou alors ils estiment que les Nations Unies dictaient jusque là ses desiderata aux américains et qu'il était temps de s'en démettre. Cependant lorsque l'on sait que les Etats-unis sont membres du club des 5 avec veto, la sortie des Nations Unis n'augure rien de bon pour la paix mondiale


69 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved