Search
  • Hubert Marlin

La fin de l'Amérique et d’une bonne partie de la civilisation occidentale viendra plus tôt que prévu


Il ne s'agit pas de faire sensation sur le web mais de dire ce qui va vraiment se produire lorsque le Yellowstone explosera. Si l'Amérique a atteint un niveau de haute technologie, avec des armes hautement sophistiquées , malgré ses ennemis réels ou imaginaires dont elle aime en parler , il y a un sujet sur lequel elle garde un silence étrange; rejetant toutes les informations relatives à la puissance de destruction, que la mère nature est sur ​​le point de lui infliger, comme des sornettes ou de mauvaise blague des Internautes en mal de sensation, mais les faits sont plutôt d’une réalité glaciale Pendant des années , les observateurs qui traquent les tremblements de terre qui essaiment sous Yellowstone ont averti que le super volcan du parc, situé dans le Montana aux États-Unis aurait déjà dû exploser . Maintenant, une nouvelle étude conclut que la chambre de magma est beaucoup plus large et plus dangereuse que ce que l'on pensait auparavant. 88,5 kilomètres de Longueur contre 29 kilomètres de largeur et entre cinq et 14 kilomètres de profondeur sous la terre, de 2 fois et demi la valeur de la roche en fusion est plus grande que celle précédemment estimée. Il dispose de 2,000 fois le potentiel d'une éruption, comme celle en 1980 du Mont Saint Helens. En 1973, le géologue Bob Christiansen était déterminé à trouver quand le Yellowstone avait fait éruption pour la dernière fois. Il avait commencé par examiner les feuilles de frêne durcies, des dizaines de mètres d'épaisseur de terre qui s’étaient formés lors de l’éruption. Il avait trouvé 3 couches distinctes. Cela, signifiait qu’il y avait eu trois éruptions différentes.

Lorsque Christiansen et son équipe datèrent les cendres du Yellowstone ils trouvèrent quelque chose d’inattendu. La plus ancienne caldeira avait été formée par une vaste éruption il ya 2 millions d'années. La seconde éruption avait eu lieu 1.200.000 années plus tard et quand ils datèrent la troisième et la plus récente éruption ils trouvèrent que cela s'était produit il y a seulement 600 000 années. Les éruptions sont dont régulièrement espacées dans une séquence d’environ 600 000 ans. Il déclara : " Assez étonnamment, nous avons réalisé qu'il y avait un cycle d'éruptions de la caldeira de formation, ces énormes éruptions volcaniques environ tous les 600 000 années. " Yellowstone était sur ​​un cycle de 600 000 ans, et la dernière éruption avait eu lieu il ya 600 000 années. De nos jours il est bien connu que le Yellowstone est en pleine activité, s’il y a éruption du volcan environ toutes les 600 000 années, une nouvelle éruption se produira dans un avenir proche, même si à l'échelle géologique, proche avenir peut être, ce soir demain, ou dans quelques centaines d’années. Néanmoins, avec la nouvelle technologie les scientifiques peuvent déterminer avec une précision relative quand un volcan peut faire éruption, et les 22 sismographes autour de Yellowstone depuis des décennies ont convoyé des informations vitales, et certaines de ces informations sont secretement conservées par le gouvernement américain.

C'est tout simplement très étrange que, récemment, le même gouvernement américain a fait la demande au gouvernement sud-africain d’abriter des millions d'Américains dans le cas où le Yellowstone venait à exploser. Demande qui a été rejetée par le gouvernement sud-africain en déclarant que l'arrivée de millions de blancs Américains dans un pays qui vient juste de commencer le processus de guérison de l'apartheid et du racisme n'est pas quelque chose à recommander car cela pourrait entraîner des troubles sociaux graves . En attendant, l'un des plus gros pollueur de monde peut bien finir par payer la facture de son comportement insensé et forcé par Mère Nature à refroidir le réchauffement climatique.

Pendant longtemps, les scientifiques savent que les cendres volcaniques peuvent affecter le climat mondial. Les cendres et le dioxyde de soufre projetés dans la stratosphère reflètent le rayonnement solaire dans l'espace et empêchent la lumière solaire d’atteindre la planète. Ceci a un effet de refroidissement sur la Terre. Dans l'année suivant l’éruption du Mont Pinatubo aux Philippines en 1991, par exemple, la température mondiale moyenne a diminué d'un demi-degré Celsius. Même si l'effet de refroidissement d'une éruption sera catastrophique pour l'hémisphère nord, les parties désertes de l'hémisphère sud comme le Sahara et le désert du Kalahari, quant à elles peuvent de nouveau reverdir. C'est pourquoi l'Afrique est plus que jamais l'objet d'une campagne d’occupation en pleine échelle. Celle-ci a le visage trompeur de l'aide humanitaire ou de la coopération contre le terrorisme.

L’Afrique en effet n’a pas besoins d’hommes forts qui pourraient dire non aux États-Unis, le non d’un gouvernement Sud-africain dominé par l’ANC qui a une identité révolutionnaire à défendre, pourrait devenir un oui si l’ANC, était mise hors circuit par des réactionnaires comme Julius Malema, qui est soutenu par l’occident. En outre L’hémisphère nord qui s’est engagé dans une politique draconienne de l’immigration en fermant ses frontières aux peuples originaires du sud, aurait des difficultés extrêmes à faire comprendre à ces mêmes peuples qu’elle a jadis bannis de ses territoires, la nécessité pour eux de les accepter chez eux ; le retour de l’ascenseur pourrait être dramatique.

Les tenants de l’agenda eugénique envers les pays sous-développé ont tort, ou essayent simplement de dépeupler l’Afrique pour mieux l’occuper le moment venu. parce que si l'hémisphère nord devait être dévasté, la seule chance de survie de l'espèce humaine reposerais sur le nombre et la capacité de survie des êtres humains, par exemple, les meilleurs candidats pour la survie sont les populations des pays moins développés qui ont appris à survivre dans des conditions les plus dures, imposées à elles depuis par l'environnement naturel et social dominé par le diktat des puissances occidentales .

Scientifiquement parlant l'ADN mitochondrial est hérité seulement par la mère. Toutes les mutations sont transmises de la mère à l’enfant, génération après génération, à un rythme régulier. Au fil du temps, le nombre de ces mutations s'accumulent dans une population. La généticienne Lynn Jorde explique : «Chaque événement qui a lieu dans notre passé , chaque événement majeur , une augmentation de la population , une diminution de la population , ou l'échange de personnes d'une population à une autre, apporte des modifications de la composition de l'ADN mitochondrial dans cette population , de sorte que ce qui se passe , c'est que nous avons une mémoire de notre passé écrit dans nos gènes mitochondriaux " En connaissant le taux de mutation de l'ADN mitochondrial et par une analyse complexe de la distribution de ces mutations , les généticiens peuvent estimer la taille des populations dans le passé. Compte tenu de la longueur du temps d’existence des humains, il devrait y avoir un large éventail de variation génétique, mais l'ADN des personnes à travers le monde est étonnamment similaire. Qu’est ce qui aurait causé cela?

La réponse est une réduction drastique de la population à un moment précis dans le passé : un goulot d’étranglement. Ces goulots d'étranglement sont le résultat d’un cataclysme qui a frappé le monde à travers l’histoire. Aussi par exemple autour de 70 à 80 000 années la population humaine a été durement frappée. Un goulot d'étranglement s'est produit, il est possible que de plusieurs millions en nombre, seulement entre 5.000 à 10.000 êtres humains ont survécu un cataclysme. Si les généticiens n'avaient pas la moindre idée de ce qui a créé cette baisse drastique, les géologues sont formels, ils lient cette période de décrue de la population humaine, à l'éruption du Mont Toba en Indonésie qui eut lieu il ya environ 74 000 ans. Les éruptions des grands volcans ont souvent changé la face du monde , plongeant la terre dans une période de glaciation de souvenirs indicibles, avec une bonne partie du monde plongé dans une nuit sombre qui peut durer une année entière , la température chutant abruptement. Il a été rapporté que l'éruption du Mont Toba avait fait chuter la température globale du monde de cinq degrés. Avec toutes les conséquences de l'effet domino, une série de catastrophes implacables s’en suivrait. Pour le géologue Michael Rampino : la question n'est vraiment pas de savoir si cela arrivera, mais plus tôt de savoir quand, car tôt ou tard, un de ces super volcans va faire éruptions. Article écrit par Hubert Marlin, sources : BBC super volcanoes series 1999, TheToronto Star Jan.18th 2014.


0 views

Also Featured In

© 2018  Flashmag The Vanguard Webzine is a Creation of Medianet LLC - All rights reserved